Mise à jour COVID-19 – 30 juin 2021

Il me semble parfois que c’est presque péché
De confier aux mots mon angoisse cruelle,
Si, comme la Nature, un langage révèle
Et dérobe à la fois l’Esprit en lui caché.

Mais quand brûlent fiévreux la pensée et le cœur,
Il est quelque repos au labeur poétique,
Et la tâche du vers longue et mélancolique
Comme un lent narcotique engourdit la douleur. 

Que le voile des mots me fasse un vêtement,
Comme un corps se revêt d’un lourd tissu de bure
Mais l’immense douleur que couvre leur parure
Laisse aux yeux deviner son contour seulement.

Bonjour à tous,

C’est la cinquième section ou chant d’un poème étonnant intitulé In Memoriam A.H.H. publié par Alfred Lord Tennyson en 1850. C’est un long requiem pour son meilleur ami de Cambridge qui est mort subitement à l’âge de 22 ans, le pire d’une série de traumatismes que Tennyson a enduré dans les premières étapes de sa vie. Il a utilisé l’écriture du poème comme une distraction réconfortante et un exutoire pour son deuil. Comme il le décrit dans ce chant, il lutte pour trouver les mots qui rendent justice à ses moments les plus sombres. En dépit de son talent exceptionnel, Tennyson a besoin de près de 17 ans pour compléter le poème. Au moment de sa publication, le don de mots de Tennyson et sa capacité à capter les sentiments de l’ère industrielle avaient fait de lui une rock star sous le règne de la reine Victoria. Il était le poète officiel.

Je ne sais pas comment je me suis retrouvé à Tennyson, cet « Himalaya de l’esprit », si ce n’est que j’avais besoin d’aide pour organiser et comprendre mes propres émotions ici à la croisée des chemins de l’ère de la COVID-19. Je trouve que les mots et le rythme du poème sont apaisants. Je suis inspiré par les idées de Tennyson et la façon dont il réconcilie les aspects apparemment incompatibles de son deuil. Il reconnaît qu’il ne peut pas complètement échapper à l’ombre de ses expériences les plus sombres mais, au fur et à mesure que le poème progresse, il trouve un moyen d’équilibrer sa tristesse avec un désir d’aller de l’avant. Ce faisant, il puise dans une source d’espoir et de persévérance. Je suis rassuré par sa longue lutte pour exprimer correctement ses sentiments. Nous sortons du pire que la pandémie ait à offrir et je pense que nous aurons tous besoin de temps et d’un peu d’aide pour déverrouiller et libérer exactement ce que nous ressentons alors que nous remettons les pieds sur terre.

Pour ma part, j’ai l’impression d’avoir accumulé des bagages. Je ne peux pas encore distinguer toutes les formes et toutes les tailles mais il y a un malaise perceptible. Il est principalement motivé par la tristesse que je ressens à propos de ce que nous avons tous enduré, de ce que nous avons manqué. Le désespoir des vies perdues. La souffrance physique irréparable. L’absence et l’isolement. La pourriture de l’incertitude. Le déclin des possibilités et des opportunités d’entreprendre. Le sacrifice et l’abandon. Je porterai ces mauvais souvenirs longtemps avec moi. Certaines de ces choses pour toujours, les souvenirs sombres et le reflet attentif des leçons apprises.

‘’Qu’est-ce qui me fait battre si lentement’’ ? demande le cœur de Tennyson dans le poème. Je me suis posé une version similaire de cette question, quoique de façon moins éloquente et profane, à plusieurs reprises au cours de cette période troublante. Je me suis rendu compte que je suis plus instinctivement et viscéralement connecté au bien-être de B&M et de tous nos collaborateurs que je ne l’aurais jamais imaginé. Nos expériences collectives créent pour moi des sentiments forts et collants. L’amour, la joie, la fierté, la satisfaction et le chagrin sont tous étroitement liés. Ainsi, même si j’ai fait face à une fraction des difficultés personnelles subies par beaucoup d’autres, j’ai l’impression que cette pandémie m’a imposé un lourd fardeau invisible et je me rends compte que je suis diminué. Ce n’est pas du malheur. C’est une perte accumulée de vigueur émotionnelle, une lassitude, que je ne peux pas simplement me débarrasser ou souhaiter. Il y a juste eu trop de retraits au cours de ce long événement. Je le vois chez les autres. Il faudra du temps pour guérir et se sentir mieux, mais cela finira par arriver. Pas seulement pour moi mais j’espère pour tout le monde. Cela viendra de la redécouverte de ce qui nous manquait le plus, de la fraternité et de la camaraderie des autres, et de la reconnaissance à quel point cela nous a manqué.

Nous avons réussi au sein de nos groupes plus petits et de nos mondes virtuels. Nous l’avons fait fonctionner. Nous en avons tiré le meilleur parti. Mais cela semble toujours aussi mécanique et délibéré. Donc mesuré et prémédité. Tellement limité. La COVID-19 a extrait la majeure partie de la spontanéité de nos vies et a aspiré beaucoup de joie dans le processus. J’ai hâte de récupérer tout ça. En faisant à nouveau l’expérience d’être en présence de personnes réelles, nous ressentirons le pouvoir réparateur de l’interaction humaine. Ces précieux gisements de chaleur, d’énergie et d’amitié nous renforceront en tant qu’individus, en tant qu’entreprise et en tant que communauté. Il va y avoir beaucoup de câlins dans notre avenir collectif. Soyez prévenus, j’arrive!

Nous ne sommes pas à la fin de la pandémie mais je crois que le pire est passé. La troisième vague du printemps s’est calmée. Les vaccins atténuent clairement la transmission du virus. Les États-Unis mènent la charge et, aujourd’hui, 63,4% des personnes de 12 ans et plus ont reçu une première dose et 54,3% sont totalement immunisés. Le déploiement au Canada a commencé lentement, mais il bat maintenant à plein régime, avec 77,3 % de la cohorte de citoyens du même âge partiellement vaccinée et 33,5 % entièrement vaccinée. Les vaccins sont en train de nous sortir de ce gâchis. Le calcul est simple. Plus il y a d’individus protégés, plus nous sommes tous protégés. Les non vaccinés sont une porte ouverte pour les variants actuels du SARS-CoV-2 et les mutations futures. Alors s’il vous plaît, mettez de côté toutes les bêtises qui se disent au sujet des vaccins, faites confiance à la science et allez vous faire vacciner. C’est une si petite chose après toute la merde que nous avons traversée et vous vous sentirez tellement revigoré.

J’ai reçu ma deuxième dose le 15 juin. J’ai souligné « VAX-2 » comme événement récurrent dans mon calendrier. Quelque chose à célébrer comme un armistice personnel dans le futur. J’ai reçu un Pfizer par-dessus un Astra-Zeneca. J’ai été perplexe sur le choix. Encore une fois, j’ai opté pour le premier disponible car chaque instant de protection est un cadeau. Hier, j’ai atteint deux semaines après ma deuxième dose. Le moment magique où la machine immunitaire de mon corps atteint sa plus haute vitesse. Je me sens libéré et prêt à me reconnecter au monde.

Je suis confiant quant à la situation actuelle de notre entreprise. Nous sommes plus forts de presque toutes les manières perceptibles qu’avant le début de la pandémie. Santé financière. La performance opérationnelle. Profondeur de personnes. Retards. Engagement et moral. Opportunités commerciales actuelles et perspectives d’avenir. Je suis reconnaissant pour notre chance remarquable, conçue avec soin et constitution par des milliers d’employés de B&M. Au-delà des indicateurs commerciaux et des tableaux de bord, il y a des dégâts. Comme la mienne, c’est une blessure psychique, cachée à la vue et difficile à quantifier et à décrire. Je le vois comme une rouille à réparer avec le temps et une découverte consciente. Je suis convaincu qu’à mesure que les restrictions s’estompent, nous pouvons lutter contre cette corrosion en nous rassemblant, en parlant, en reconnaissant et en appréciant. Permettre à ces sentiments déroutants de se répandre et de puiser dans l’énergie et la compassion des autres, en nous revitalisant et en redynamisant nos communautés de travail dans le processus.

Je m’émerveillerai toujours des choses que nous faisons. Ce que nous construisons. Les choses que nous pouvons réparer. Les systèmes que nous pouvons configurer et donner vie. Le séquençage, le calendrier, le qui-fait-quoi et quand de tout cela. Je suis fier de nos compétences folles, de nos capacités et de nos prouesses techniques. Mais c’est qui nous sommes qui me remplit de la plus grande fierté. Notre caractère, notre professionnalisme et notre compassion. Pour tout ce que la crise pandémique a soustrait, elle a également amplifié nos qualités les plus rédemptrices. La façon dont nous nous sommes réunis face à une épreuve universelle au cours des quinze derniers mois a été tout simplement remarquable. C’est certainement l’un des plus beaux moments de notre organisation dans un siècle de réalisations mémorables. L’unité, la civilité, la compréhension et la gentillesse dont les employés de B&M ont fait preuve de manière si ardente et impeccable au cours de cette période difficile. Ils ont établi une nouvelle et meilleure norme pour la façon dont nous allons vivre et travailler. Je ne pourrais pas être plus fier ou plus reconnaissant.

Je promets de donner un ton plus festif dans les futures mises à jour. Nous avons un anniversaire important à considérer après tout. Pour l’instant, je vous laisse sur une note plus optimiste et joyeuse de Tennyson alors que nous nous dirigeons vers l’été et vers un horizon plus lumineux :

Ici, sur la plage, j’erre, nourrissant une jeunesse sublime
Avec les contes de fées de la science, et le long résultat du Temps;

Quand les siècles derrière moi comme une terre fertile reposaient;
Quand je me suis accroché à tout le présent pour la promesse qu’elle apporte:

Quand je plonge dans le futur aussi loin que l’œil humain puisse voir;
J’ai vu la Vision du monde et toute la merveille que ce serait.

Avec amour et respect,

Bruce