Header image for FAQs page

FAQ

FAQ de la COVID-19 en date du 22 juin 2021

Voici les dernières informations sur les activités et les réponses de B&M en lien à la COVID-19 et présentées sous forme de Foire aux questions (FAQ). De nouvelles questions et réponses ont été ajoutées ci-dessous. Vous trouverez également des réponses mises à jour aux questions précédemment soumises, affichées en italique, dans la section FAQ précédente.

« L’information contenue dans cette page ne constitue pas des conseils médicaux ni des recommandations de traitements. Veuillez communiquer avec votre fournisseur de soins de santé en cas de préoccupations. »

L’information contenue dans cette page ne constitue pas des conseils médicaux ni des recommandations de traitements. Veuillez communiquer avec votre fournisseur de soins de santé en cas de préoccupations.

Résumé de l’efficacité estimée (22 juin 2021)

Dans le cadre d’une récente mise à jour, le ministère de la Santé de l’Ontario a fourni ce résumé de l’efficacité estimée des vaccins contre la COVID-19 dont l’usage est autorisé à l’heure actuelle au Canada, sur la base des données probantes à ce jour.

résumé de l’efficacité estimée

Pour ce qui est de la possibilité que l’efficacité change si l’on reçoit un vaccin différent comme deuxième dose, nous attendons toujours des preuves relativement aux effets des calendriers de vaccination mixte sur la réponse immunitaire et le risque d’infection d’un essai en cours au Royaume-Uni. Ces données devraient être publiées d’ici la fin de juin 2021. Des données recueillies dans le cadre d’études de plus petite envergure en Espagne et en Allemagne suggèrent que le fait de combiner divers vaccins pourrait produire une réponse immunitaire améliorée.

Le 17 juin 2021, le CCNI (Comité consultatif national de l’immunisation, un groupe d’experts indépendants qui conseille Santé Canada), a publié la déclaration suivante : « Un vaccin à ARNm est désormais privilégié comme deuxième dose pour les personnes ayant reçu une première dose du vaccin d’AstraZeneca/COVISHIELD, sur la base des données probantes émergentes d’une réponse immunitaire potentiellement meilleure avec ce calendrier de vaccination mixte et pour atténuer le risque potentiel de TTIV associé aux vaccins à vecteur viral. Les personnes qui reçoivent deux doses du vaccin d’AstraZeneca/COVISHIELD peuvent être assurées d’avoir une bonne protection contre la COVID-19 et une très bonne protection contre les maladies sévères et les hospitalisations ».

De plus amples renseignements vous seront transmis à ce sujet d’une grande importance au fur et à mesure de l’émergence de nouvelles données probantes!

Virus, variants et vaccins (9 juin 2021)

  • Portez un Le port du masque chirurgical est préférable. Si vous portez un masque en tissu, celui-ci doit être constitué de deux couches de tissu tissé serré entre lesquelles s’intercale une couche de tissu filtrant non tissé (voir les lignes directrices de Santé Canada). Il est important que le masque soit bien ajusté autour de votre bouche et de votre nez. Envisagez de prendre des mesures pour améliorer l’ajustement, comme le double masquage (port d’un masque en tissu par-dessus un masque chirurgical).
  • Maintenez une distance physique de 6 pieds ou 2 mètres – cela aide à réduire le risque de transmission de la COVID-19 par de grosses gouttelettes respiratoires.
  • Prévoyez une protection oculaire (écran facial ou lunettes de protection) si la distanciation physique ne peut pas être assurée de manière constante.
  • Pratiquez l’hygiène des mains (lavez-vous ou désinfectez-vous les mains) avant et après avoir touché votre visage ou votre masque.
  • Restez à la maison lorsque vous présentez des symptômes.
  • Évitez les « 3 périls » – les espaces clos, les endroits surpeuplés et les conditions de contact étroit. Ces contextes peuvent augmenter le risque de transmission aérienne de la COVID-19 sur des distances de plus de 6 pieds ou 2 mètres.
  • Faites-vous vacciner lorsque vous pouvez le faire et assurez-vous de vous faire administrer votre deuxième dose au moment prévu afin d’obtenir une protection maximale et durable contre la COVID-19.

Les personnes qui ont reçu le vaccin AstraZeneca en guise de première dose peuvent avoir le choix de se faire administrer le vaccin Pfizer-BioNTech ou le vaccin Moderna pour la deuxième dose. Cette option est envisagée pour plusieurs raisons :

  • Le Canada a éprouvé de la difficulté à obtenir un approvisionnement régulier du vaccin AstraZeneca.
  • Des données semblent démontrer l’existence d’un risque rare mais néanmoins grave associé au vaccin AstraZeneca, celui de la thrombocytopénie thrombotique immunitaire induite par le vaccin (TTIV). Le risque estimé actuel de cette complication est d’environ 1 sur 60 000 pour la première dose et d’environ 1 sur 500 000 pour la deuxième dose.

Le 1er juin 2021, le Comité consultatif national de l’immunisation (CCNI) – un organisme indépendant d’experts qui conseille Santé Canada – a recommandé que les personnes ayant reçu le vaccin AstraZeneca en guise de première dose puissent se voir offrir soit ce même vaccin soit un vaccin à acide ribonucléique messager (ARNm) (Pfizer-BioNTech ou Moderna) pour leur deuxième dose. Le CCNI a également recommandé que si votre première dose était un vaccin à ARNm, vous puissiez recevoir l’autre vaccin à ARNm en guise de votre deuxième dose si le premier vaccin n’était pas facilement disponible.

Le CCNI attend des données concernant un schéma de vaccination mixte provenant d’une étude actuellement menée au Royaume-Uni. Cet essai examine l’impact de l’administration de doses de deux vaccins différents (vaccins AstraZeneca et Pfizer-BioNTech) par rapport à l’administration de deux doses du même vaccin. Les données initiales de cet essai n’ont révélé l’existence d’aucun problème de sécurité, mais a été notée une augmentation des effets secondaires légers à modérés dans les groupes ayant reçu deux vaccins différents pour les première et deuxième doses. Des données supplémentaires liées à l’essai devraient être publiées en juin 2021, et celles-ci fourniront de l’information sur la réponse immunitaire associée à un schéma mixte par rapport au schéma vaccinal standard.

Une étude de portée plus limitée menée en Espagne a démontré que pour les personnes dont la première dose avait été le vaccin AstraZeneca, le niveau d’anticorps neutralisants doublait pratiquement lorsque leur deuxième dose était également du vaccin AstraZeneca, mais qu’il augmentait environ sept fois si la deuxième dose était le vaccin Pfizer-BioNTech. Bien que ces données soient prometteuses, les données de l’essai britannique de plus grande portée fourniront davantage de preuves qui aideront à éclairer la prise de décision dans les semaines à venir.

Demeurez à l’affût pour obtenir de plus amples informations!

  • En général, l’efficacité du vaccin est d’environ 60 à 80 % pour prévenir une infection liée à la COVID-19 de trois à quatre semaines après l’administration d’une dose unique de vaccin Pfizer, Moderna ou AstraZeneca, bien que ce résultat varie selon la population (c.-à-d. population générale, adultes plus âgés, résidents d’établissements de soins de longue durée et travailleurs de la santé).
  • L’efficacité du vaccin augmente à plus de 85 % après la deuxième dose.
  • L’efficacité des vaccins pour prévenir les maladies graves et les hospitalisations liées à la COVID-19 varie de 70 à 90 % dans le cas des vaccins Pfizer, Moderna et AstraZeneca.
  • L’efficacité des vaccins pour prévenir les décès liés à la COVID-19 atteint jusqu’à 96 %.
  • L’efficacité des vaccins contre les variants préoccupants de la COVID-19 (VPC) est à l’étude. Les données à ce jour montrent ce qui suit :
  • Dans le cas du VPC du Royaume-Uni (B.1.1.7), l’efficacité du vaccin est estimée à 85 à 90 % pour le vaccin Pfizer-BioNTech et à 70 à 75 % pour le vaccin AstraZeneca.
  • Dans le cas du VPC sud-africain (B.1.351), l’efficacité du vaccin est estimée un peu plus faible, à 75 % pour le vaccin Pfizer-BioNTech et à 10 à 15 % pour le vaccin AstraZeneca. Il est important de noter que ce VPC ne circule pas largement au Canada en ce moment.
  • Les vaccins semblent être efficaces contre le VPC du Brésil (P.1), mais les données sont actuellement limitées.
  • Dans le cas du VPC indien (B.1.617), l’efficacité du vaccin est estimée à environ 88 % pour le vaccin Pfizer-BioNTech (les données ne sont pas encore disponibles pour le vaccin AstraZeneca).

Alors que les infections liées à la COVID-19 sont généralement moins graves chez les enfants, les enfants peuvent attraper la COVID-19, tomber malades, et la propager à d’autres. La vaccination des enfants contribuera à les protéger ainsi qu’à protéger leurs proches. Cela pourrait être encore plus important lorsque la fréquentation des établissements scolaires en personne recommencera.

De plus, environ 15 % de la population canadienne a moins de 18 ans. Pour atteindre des niveaux de vaccination suffisamment élevés au sein de nos communautés, nous devrons inclure les enfants dans notre programme de vaccination.

Au Canada, le vaccin Pfizer-BioNTech est actuellement approuvé pour utilisation chez les enfants de 12 ans et plus.

Dans les études cliniques, le vaccin Pfizer-BioNTech s’est avéré efficace à 100 % pour prévenir les cas de COVID-19 chez les enfants âgés de 12 à 15 ans. Ces études n’ont identifié aucun problème de sécurité lié à l’administration du vaccin aux enfants. Comme les adultes qui reçoivent le vaccin, de nombreux enfants ressentent des effets secondaires mineurs qui durent généralement peu de temps, tels que des douleurs aux bras, de la fatigue, des maux de tête, des frissons, des douleurs musculaires, de la fièvre et des douleurs articulaires. Certains des effets secondaires (maux de tête, fièvre/frissons) étaient plus fréquents chez les enfants que chez les adultes, ce qui pourrait être lié au fait que les enfants ont une réponse immunitaire plus puissante au vaccin.

Les vaccins actuellement utilisés peuvent provoquer des effets secondaires chez de nombreuses personnes vaccinées. Ces effets secondaires sont liés à l’activation de la réponse immunitaire par le vaccin, ce qui est le but de la vaccination. Des effets secondaires peuvent être ressentis au niveau du bras vacciné (tels que douleur, rougeur, gonflement) ou plus généralement (tels que fatigue, maux de tête, douleurs musculaires, fièvre, frissons, nausées). Ces effets secondaires sont généralement d’intensité légère à modérée et durent généralement de un à plusieurs jours chez la plupart des gens. L’utilisation de compresses chaudes ou de coussins chauffants peut soulager les symptômes du bras qui a reçu l’injection. Si vous n’avez aucune raison médicale d’éviter de les prendre, des médicaments en vente libre tels que l’acétaminophène ou l’ibuprofène peuvent être utiles pour soulager la fièvre, les frissons ou les douleurs musculaires, mais il est recommandé de ne pas prendre de tels médicaments avant la vaccination. Si la rougeur ou la douleur continue de s’aggraver après 24 heures, vous devez consulter un médecin.

Des effets secondaires plus graves, tels que des réactions allergiques, peuvent – rarement – se manifester chez certains sujets vaccinés. Les réactions allergiques surviennent le plus souvent dans les minutes suivant l’administration du vaccin, et pour cette raison, il vous sera demandé de demeurer sur le site de vaccination pendant 15 minutes ou plus, afin que toute réaction pouvant survenir puisse être immédiatement traitée. Dans les cas très rares où vous présentez des symptômes pouvant être liés à une réaction allergique après avoir quitté la clinique de vaccination, vous devez consulter immédiatement un médecin en appelant le 911.

Des vaccinations de rappel (au-delà des deux doses initiales du vaccin) pourraient être nécessaires pour traiter les niveaux décroissants d’immunité ou pour augmenter la réponse immunitaire aux souches émergentes de COVID-19 (variants préoccupants). Il est prévu qu’une troisième dose sera probablement recommandée, mais le moment prévu pour cette dose n’est pas encore connu. À ce jour, la réponse immunitaire à la COVID-19 provoquée par la vaccination est demeurée forte même lorsque mesurée six mois après la vaccination. Comme les chercheurs continuent de suivre la réponse immunitaire du premier groupe de personnes vaccinées, les autorités sanitaires seront en mesure de faire des recommandations éclairées concernant le moment où un rappel pourrait être nécessaire. On ne sait pas encore non plus si des vaccinations de rappel ultérieures (p. ex. tous les ans ou tous les 5 à 10 ans) pourraient éventuellement être nécessaires pour améliorer l’immunité contre les nouvelles souches de COVID-19. Restez à l’affût!

La transmission aérienne de la COVID-19 s’entend de la propagation du virus par de plus petites gouttelettes respiratoires qui peuvent rester en suspension dans l’air pendant de plus longues périodes et parcourir des distances supérieures aux 6 pieds qui sont recommandés pour la distanciation physique. La propagation par voie aérienne est une préoccupation lorsque nous sommes à l’intérieur (à l’extérieur, la ventilation et la lumière du soleil contribuent à réduire le risque). De nombreux facteurs peuvent avoir une incidence sur le risque de transmission aérienne de la COVID-19, notamment :

  • Taille et volume de la pièce : Une pièce plus grande, comportant un plus grand volume d’air, permet de diluer la présence des gouttelettes respiratoires et de réduire l’exposition totale à celles-ci.
  • Nombre de personnes dans la pièce : Comme il y a plus de personnes dans un espace donné, la quantité de gouttelettes respiratoires expulsées dans l’air est plus élevée.
  • Activités qui se déroulent : La quantité de gouttelettes respiratoires libérées augmente en marge d’activités qui consistent, par exemple, à crier, à chanter et à faire de l’exercice, par rapport au fait de respirer calmement.
  • Masques : Le port du masque permet de réduire la quantité de gouttelettes respiratoires expulsées dans l’air.
  • Ventilation : La circulation de l’air dans la pièce permet de réduire la concentration des gouttelettes respiratoires en suspension dans l’air.
  • Air frais : L’apport en air frais dans une pièce permet de réduire la concentration de gouttelettes respiratoires en suspension dans l’air.
  • Filtration : Des niveaux accrus de filtration dans le système CVC et l’utilisation de systèmes de filtration HEPA portables de taille appropriée contribuent à réduire la concentration de gouttelettes respiratoires en suspension dans l’air.

Les directives actuelles des autorités responsables de la santé publique à travers le Canada exigent le port du masque lorsque l’on se trouve à l’intérieur, même après une vaccination complète. Il est prévu que de nombreuses autorités provinciales de santé publique puissent revoir leurs directives sur le port du masque au cours des prochains mois, à mesure que de plus en plus de preuves s’accumuleront concernant l’efficacité du vaccin, que le nombre de cas continuera de diminuer et que les taux de vaccination communautaire augmenteront. Black and MacDonald revoit continuellement ses politiques concernant la COVID-19 pour assurer la conformité avec toutes les directives de santé publique applicables et les pratiques fondées sur des données probantes.

  • L’intervalle minimum entre la première et la deuxième dose est de 21 jours (pour le vaccin Pfizer-BioNTech) ou de 28 jours (pour les vaccins Moderna ou AstraZeneca).
  • Le CCNI (Comité consultatif national de l’immunisation, un organisme indépendant d’experts qui conseille Santé Canada) a recommandé que la deuxième dose de ces vaccins puisse être administrée jusqu’à 16 semaines après la première dose.
  • Il est prouvé que le fait de retarder la deuxième dose du vaccin AstraZeneca à 12 semaines produit une réponse immunitaire plus puissante que lorsque les deux doses sont administrées à quatre semaines d’intervalle.
  • En fonction de la province dans laquelle vous vous trouvez, et d’autres facteurs comme la présence d’affections sous-jacentes ou l’appartenance à certains groupes à haut risque, vous pourrez peut-être recevoir votre deuxième dose dès 28 jours après la première.
  • L’objectif des vaccins contre la COVID-19 est d’amener le système immunitaire de votre corps à réagir à une partie du virus, puis à se souvenir de cette réaction, de sorte que si votre corps rencontre un jour le véritable virus, votre système immunitaire puisse reconnaître le virus de la COVID-19 et arrêter ou réduire l’infection.
  • L’ARNm est un type d’instruction génétique que nos propres cellules utilisent pour indiquer à la machinerie cellulaire comment fabriquer des protéines.
  • Les vaccins contre la COVID-19 à base d’ARNm contiennent des fragments d’ARNm qui constituent une recette pour que nos cellules fabriquent la protéine du pic que l’on trouve à l’extérieur du virus de la COVID-19. Lorsque ces fragments d’ARNm entrent dans nos cellules, la machinerie cellulaire commence à fabriquer cette protéine du pic du virus. Ensuite, notre système immunitaire est exposé à cette protéine, et fabrique des anticorps et des cellules immunitaires pour y réagir. Si, à l’avenir, vous êtes infecté par la COVID-19, votre système immunitaire reconnaîtra déjà la protéine du pic qui recouvre chaque virus, et pourra combattre l’infection.
  • Cette protéine n’est qu’un composant du virus de la COVID-19, et elle ne peut pas causer d’infection à elle seule.
  • Votre organisme détruit rapidement l’ARNm du vaccin après avoir fabriqué les protéines du pic du virus. Il ne reste pas longtemps dans votre corps et n’apporte aucun changement à long terme, si ce n’est qu’il vous aide à développer vos anticorps et vos globules blancs.
  • Les êtres humains n’ont pas la capacité de convertir l’ARNm présent dans les vaccins en ADN (qui est le format du code génétique de notre corps). Il n’y a donc aucun moyen pour l’ARNm du vaccin de modifier l’ADN de nos cellules/chromosomes. Les vaccins à base d’ARNm ne peuvent modifier ni vos gènes ni votre ADN.

 

  • Selon certains rapports, un très petit nombre d’adolescents et de jeunes adultes ont présenté une légère inflammation cardiaque (appelée myocardite) après avoir reçu un vaccin à base d’ARNm aux États-Unis, en France et en Israël. Les rapports publiés à ce jour indiquent que les cas de myocardite après une vaccination sont plus fréquents chez les hommes que chez les femmes, qu’ils surviennent généralement après la deuxième dose du vaccin et qu’ils se produisent dans les quatre jours suivant la vaccination.
  • Il n’est pas rare que des virus provoquent une myocardite. La myocardite peut également être observée à la suite d’une réponse immunitaire de l’organisme à une infection.
  • Les recherches menées à ce jour montrent que la myocardite consécutive à une vaccination est rare et ne provoque souvent aucun symptôme. L’affection disparaît généralement d’elle-même.
  • D’après ce que nous savons à l’heure actuelle, les avantages de la vaccination pour protéger les adolescents et les jeunes adultes contre la COVID-19 l’emportent sur le très faible risque de myocardite.
  • Consultez un médecin pour tout adolescent/jeune adulte qui présente les symptômes suivants après avoir reçu un vaccin à base d’ARNm : douleur thoracique, essoufflement, rythme cardiaque rapide ou irrégulier ou palpitations.

FAQ concernant l’Ontario qui interrompt l’utilisation du vaccin AstraZeneca (14 mai 2021)

Le 10 mai 2021, l’Ontario a annoncé qu’il suspendait l’utilisation du vaccin AstraZeneca.

Les experts médicaux provinciaux ont suivi de près les nouvelles recherches concernant le risque d’une complication très rare mais grave associée au vaccin AstraZeneca, appelée thrombocytopénie thrombotique immunitaire induite par le vaccin (TTIV). La TTIV implique le développement de caillots sanguins dans des endroits inhabituels du corps, associés à un faible taux de plaquettes dans le sang (les plaquettes sont des cellules sanguines qui participent à la coagulation normale de l’organisme pour aider à arrêter les saignements). La TTIV peut survenir dans les 4 à 28 jours qui suivent la vaccination et peut entraîner des symptômes tels que des maux de tête, une vision trouble, un essoufflement, des douleurs abdominales ou des changements importants dans un membre (p. ex. une enflure, une rougeur ou une sensation de froid). La TTIV est traitable lorsqu’elle est diagnostiquée, mais elle peut être fatale dans certains cas. À ce jour, on a recensé 17 cas de TTIV liés à plus de 2 300 000 doses du vaccin d’AstraZeneca administrées au Canada à ce jour.

 

Les premières données concernant la TTIV indiquaient que cette complication de la vaccination se produisait à un taux compris entre 1 sur 1 000 000 et 1 sur 100 000 vaccinations. Cependant, des données apparues plus récemment suggèrent que le risque pourrait être plus proche de 1 sur 60 000, ce qui reste extrêmement faible. En même temps, comme les taux de COVID-19 ont commencé à diminuer, le risque de maladie grave, d’hospitalisation ou de décès lié à la COVID-19 diminue. En raison de la modification de l’équilibre apparent du risque, par excès de prudence, les experts médicaux provinciaux ont recommandé de suspendre l’utilisation du vaccin AstraZeneca pendant que des enquêtes supplémentaires sur ce risque sont menées.

Comme il est indiqué dans la réponse précédente, même avec les recherches les plus récentes, le risque de TTIV après avoir reçu une dose du vaccin AstraZeneca reste extrêmement faible – 1 sur 60 000 (à titre de référence, la probabilité estimée d’être frappé par la foudre au cours de votre vie est de 1 sur 15 000). Bien que le risque de développer la TTIV soit extrêmement faible, vous devez consulter immédiatement un médecin si, dans les 4 à 28 jours qui suivent la vaccination, vous présentez des symptômes tels que des maux de tête, une vision trouble, un essoufflement, des douleurs abdominales ou des changements importants dans un membre (p. ex. une enflure, une rougeur ou une sensation de froid).

Non. En recevant votre première dose dès que possible, vous avez aidé à prévenir la propagation du COVID-19 en Ontario et vous avez contribué à la diminution des cas de COVID-19 et des taux d’hospitalisation que l’on observe maintenant dans la province. Une dose de vaccin permet de vous protéger, ainsi que votre famille, vos amis, vos collègues et votre collectivité. Grâce à votre vaccination, vous aurez beaucoup moins de risques de développer une maladie grave, d’être hospitalisé ou de mourir de la COVID-19.

Questions et réponses concernant le vaccin contre la COVID-19 (5 mai 2021)

Il est important de comprendre que les essais cliniques pour le développement des vaccins Pfizer-BioNTech et Moderna (les deux premiers vaccins autorisés) ont pris fin à l’automne 2020 et que les vaccins ne sont largement utilisés auprès de la population en général que depuis décembre 2020. C’est pourquoi, alors que les recherches jusqu’à présent ont démontré que la vaccination entraîne une réponse immunitaire robuste qui persiste pendant au moins six mois, les données probantes quant à l’efficacité des vaccins à plus long terme ne sont pas encore disponibles. Les études cliniques se poursuivront, alors, avec le temps, nous serons en mesure de formuler une estimation plus précise de la période pendant laquelle l’immunité se maintiendra après la vaccination.

À l’heure actuelle, nous ne savons pas précisément pendant combien de temps durera l’immunité induite par les vaccins ni si des doses de rappel seront nécessaires et, si c’est le cas, à quel intervalle. Les plus récentes données probantes indiquent que la réponse immunitaire induite par les vaccins demeure élevée six mois après l’injection des vaccins Pfizer et Moderna, et l’on prévoit que les autres vaccins offriront des niveaux semblables d’efficacité.

Bien qu’il semble que les vaccins actuellement offerts entraînent une réponse immunitaire efficace pour certains des variants préoccupants qui circulent en ce moment (c.-à-d. B117 [le variant britannique] et B1351 [le variant sud-africain]), la réponse immunitaire induite par les vaccins pourrait être moins efficace pour d’autres variants préoccupants (p. ex. P1 [le variant brésilien]). En conséquence, les fabricants de vaccins tentent actuellement de déterminer si l’ajout d’une vaccination de rappel utilisant une reformulation du vaccin pourrait offrir une meilleure réponse contre les variants préoccupants. Si les études le confirment, une dose de rappel pourrait devenir la norme au cours des prochains mois.

La recommandation du Comité consultatif national de l’immunisation (CCNI), un organisme indépendant regroupant des experts qui conseillent Santé Canada, de prolonger l’intervalle entre les doses des vaccins Pfizer-BioNTech, Moderna et AstraZeneca était fondée sur plusieurs facteurs :

  • Les données probantes révèlent des niveaux élevés d’efficacité des vaccins après une seule dose. Lors des essais cliniques, les vaccins Pfizer et Moderna ont ainsi démontré une efficacité allant jusqu’à 92 % après une dose et de 60 % à 80 % après une dose dans des conditions réelles au Canada, en Israël, au Royaume-Uni et aux États-Unis.
  • Les essais cliniques du vaccin AstraZeneca ont démontré qu’il est plus efficace lorsque la deuxième dose est administrée après environ 12 semaines, comparativement à des intervalles plus courts.
  • Le Canada a éprouvé des difficultés avec l’approvisionnement en vaccins au cours des derniers mois (quoique cette situation s’est récemment améliorée). À mesure que l’approvisionnement en vaccins s’améliorera, il semble probable que l’intervalle entre les doses pourrait être réduit.

L’un des principaux avantages du vaccin Johnson & Johnson est qu’il s’agit d’un médicament à dose unique, ce qui élimine le problème d’attendre pour administrer une deuxième dose, simplifiant ainsi son déploiement et contribuant peut-être à libérer les stocks d’autres vaccins, les rendant ainsi disponibles plus rapidement pour fournir une deuxième dose à un plus grand nombre de personnes.

À l’heure actuelle, les conseils de la santé publique au Canada et en Ontario n’ont pas changé pour ce qui est des personnes vaccinées. Il n’y a aucune indication quant au moment où les autorités au Canada ou en Ontario pourraient modifier ces conseils, mais de multiples facteurs pourraient expliquer cette position :

  • Une prévalence communautaire accrue des infections, avec des niveaux actifs d’infection en Ontario et au Canada qui continuent d’augmenter en ce moment.
  • La prédominance croissante de nouveaux variants préoccupants, qui présentent des niveaux de transmissibilité plus élevés entre individus et qui sont aussi associés à des taux de mortalité plus élevés.
  • Le niveau global de vaccination au Canada est encore loin du niveau requis pour faire diminuer les taux d’infection ou pour offrir une immunité de groupe.
  • Les inquiétudes quant au fait que les personnes vaccinées pourraient encore transmettre la COVID-19 à d’autres personnes sans présenter elles-mêmes de symptômes (certaines données probantes ont récemment émergé suggérant que le vaccin Pfizer-BioNTech prévient les infections asymptomatiques, mais ce n’est pas encore définitif).

D’ici à ce que les conseils de la santé publique de votre région changent, nous vous recommandons toujours de suivre les précautions suivantes en milieu de travail :

  • Portez un masque en tout temps au travail dans tout espace partagé, à moins que vous ne soyez seul dans une pièce avec la porte fermée.
  • Maintenez une distance physique de 2 mètres (6 pieds) des autres personnes.
  • Utilisez une protection pour les yeux lorsqu’il est impossible d’assurer constamment une distance de 2 mètres (6 pieds).
  • Évitez les contacts physiques directs.
  • Portez attention à l’hygiène des mains.
  • Portez attention au risque associé à des espaces intérieurs clos partagés, qui dépend de la grandeur de l’espace, du nombre de personnes qui s’y trouvent, du niveau de ventilation, de la filtration de l’air, du temps qui y est passé et d’autres facteurs. Les endroits où les gens ne sont pas masqués (p. ex. les coins-repas) sont particulièrement préoccupants.
  • Restez à la maison et consultez votre superviseur/représentant de la santé et sécurité si vous avez quelque symptôme que ce soit qui pourrait s’apparenter à la COVID-19 ou si un membre de votre foyer présente des symptômes.

 

Il est probable qu’à mesure que les taux de vaccination augmenteront dans nos collectivités et lieux de travail, la nécessité de ces mesures d’atténuation diminuera, et qu’elles ne soient plus nécessaires un jour. C’est l’une des nombreuses raisons de se faire vacciner dès que cela vous est offert : plus tôt nous aurons tous obtenu notre injection, plus tôt nous pourrons mettre de côté les pratiques instaurées durant la pandémie!

Variants de la COVID-19 préoccupants : FAQ (19 avril 2021)

Actuellement, il n’y a aucune différence concernant les exigences en matière de quarantaine pour les personnes complètement vaccinées qui sont en contact au sein de leur foyer avec un cas confirmé de COVID-19.

Elles devront se mettre en quarantaine pendant 14 jours suivant la dernière fois où elles ont été en contact avec une personne positive à la COVID-19, alors que cette personne était contagieuse (dans certains cas, la période de quarantaine peut être de 24 jours ou plus, si elles restent en contact avec la personne positive pendant les dix jours où celle-ci est contagieuse et/ou si d’autres personnes du foyer deviennent des cas de COVID-19 au cours de cette période [cela remet les compteurs à zéro]).

Remarque : Aux États-Unis, dans certains cas, les personnes complètement vaccinées ne doivent pas être mises en quarantaine si elles sont en contact avec une personne contaminée au sein de leur foyer.

Nous recommandons aux travailleurs (quelle que soit leur situation vaccinale) qui sont en contact avec des personnes symptomatiques n’ayant pas encore été testées (et qui ne sont donc pas des cas confirmés de COVID-19) de rester chez eux en attendant le résultat des tests de COVID-19 de la ou des personnes symptomatiques.

  • Si le résultat du test de COVID-19 est négatif, le travailleur peut retourner au travail, tout en surveillant rigoureusement toute apparition de symptômes (il devra arrêter de travailler en cas d’APPARITION de symptômes).
  • Si le résultat du test de COVID-19 est positif, le travailleur devra se mettre en quarantaine.

Le matériel génétique du virus change (ou mute) constamment, ce qui entraîne fréquemment l’émergence de nouvelles souches de virus. Les souches de COVID-19 qui sont apparues au cours des derniers mois au Royaume-Uni, en Afrique du Sud et au Brésil ne sont pas les premières nouvelles souches de COVID-19 qui ont été découvertes pendant la pandémie. Toutefois, ces nouvelles souches ont fait l’objet d’un vif intérêt, car elles semblent être plus transmissibles entre humains, et pourraient également entraîner des taux de mortalité plus élevés liés à la COVID-19. On craint également que les vaccins soient un peu moins efficaces contre ces variants. 

Le variant sud-africain, le variant britannique, la mutation Eeek, le variant brésilien, le variant danois et le variant original.

  • Cette forme a été trouvée en Afrique du Sud début octobre et annoncée en décembre (en anglais).
  • Elle semble affecter des jeunes et a favorisé la propagation de la maladie dans tout le pays.
  • Cette mutation a été identifiée dans plus d’une vingtaine de pays, dont le Canada, l’Australie et Israël, mais elle ne semble pas plus mortelle que la maladie d’origine.
  • Moderna a affirmé que son vaccin protège contre le variant découvert pour la première fois en Afrique du Sud, mais les anticorps induits par le vaccin ont également été moins efficaces pour neutraliser cette mutation dans une boîte de laboratoire.
  • Pfizer et BioNTech  ont publié leur propre étude (en anglais), non encore revue par des pairs, qui suggère que leur vaccin produit des anticorps qui neutralisent efficacement ce variant, bien qu’il soit légèrement moins efficace.
  • Le 29 janvier, Johnson & Johnson a déclaré (en anglais)que son vaccin à injection unique était très efficace lors d’un essai mondial massif, mais que sa protection contre les symptômes de COVID-19 était plus faible en Afrique du Sud que dans d’autres régions.
  • En Afrique du Sud, la distribution du vaccin Oxford-AstraZeneca a été interrompue. Le vaccin n’a pas assuré une protection suffisante (en anglais)contre les cas légers et modérés causés par le nouveau variant. 
  • Ce variant, également connu sous le nom de variant Kent, se répand rapidement en Grande-Bretagne, au Danemark et en Irlande depuis décembre. Des dizaines de pays ont été touchés par ce variant du virus.
  • Les Centers for Disease Control and Prevention ont publié début janvier un modèle de prévision qui indiquait que le variant pourrait devenir la souche dominante aux États-Unis d’ici un certain moment en mars. Une étude récente a révélé que ce variant se propageait rapidement aux États-Unis (en anglais) au début du mois de février. Il y a également des preuves de propagation communautaire dans de nombreuses régions du Canada. Il semble plus transmissible que la souche la plus courante.
  • Les scientifiques s’accordent à dire que les vaccins resteront efficaces (en anglais)contre cette mutation, car ces inoculations produisent un ensemble d’anticorps neutralisants et d’autres réponses du système immunitaire qui ne sont pas tous touchés par les mutations de cette souche.
  • Les sociétés de biotechnologie Pfizer et Moderna ont déclaré que leurs vaccins semblent fonctionner contre ce variant.
  • Une étude sur des adultes âgés a montré que la réponse immunitaire déclenchée par le vaccin de Pfizer était légèrement moins efficace contre le variant identifié pour la première fois au Royaume-Uni.
  • La mutation Eeek est apparue à de nombreuses reprises depuis le début de la pandémie, mais les experts sont inquiets à ce sujet. Cette mutation a attiré l’attention du grand public lorsqu’elle a commencé à coïncider avec d’autres variants plus contagieux.
  • Elle a été observée dans les variants découverts pour la première fois au Royaume-Uni, en Afrique du Sud et au Brésil.
  • La mutation Eeek modifie la protéine de pointe du virus, qui est la cible des vaccins.
  • En soi, la mutation ne modifie pas le virus de manière significative. Le problème avec cette mutation est que lorsqu’elle est associée à d’autres variants, cela pourrait aider le virus à échapper à la détection et compromettre l’efficacité de la neutralisation par le système immunitaire humain.
Les données des essais cliniques montrent que les vaccins sont moins efficaces pour prévenir les infections par les variants en Afrique du Sud présentant la mutation. Toutefois, les vaccins réduisent encore considérablement le risque de maladie grave ou de décès.
  • Des études de séquençage ont permis de découvrir le variant au Brésil, principalement à Rio de Janeiro, dès le mois de juillet.
  • Des chercheurs japonais l’ont découvert chez des voyageurs en provenance du Brésil en janvier.

Il a été confirmé au Brésil, au Pérou, en Allemagne, en Corée du Sud, aux États-Unis et au Japon, entre autres.

  • Il n’y a pas de preuves irréfutables pour l’instant qui suggèrent que les vaccins ne seront pas efficaces contre le variant identifié initialement au Brésil. Cependant, les scientifiques ont évoqué la possibilité que ce variant puisse échapper aux anticorps, ce qui pourrait avoir un impact sur l’efficacité des vaccins actuels.
  • Moderna a annoncé qu’elle développerait un nouveau vaccinadapté à un variant similaire au cas où une nouvelle injection serait nécessaire.

Ce variant a été découvert au Danemark en mars.

La mutation s’est propagée en Californie du Nord et a provoqué des épidémies dans des maisons de soins infirmiers, des prisons et un hôpital de la région de San Jose, aux États-Unis. Elle a également été confirmée en Californie du Sud et dans plus d’une dizaine d’États américains.

Il n’est pas encore clair si cette souche de coronavirus est plus transmissible ou plus mortelle que la mutation dominante.

Certains scientifiques estiment que ce variant pourrait être plus résistant aux vaccins (en anglais) parce que la mutation se trouve dans la protéine du pic, qui permet au virus de s’attacher aux cellules. Cependant, ils affirment également que des études supplémentaires sont nécessaires avant qu’ils puissent tirer des conclusions.

FAQ avec le Dr Levine (26 janvier 2021)

  • En effet, il n’y a plus de zones de couleur, car la province est en confinement total.
  • Après le confinement, il pourrait y avoir à nouveau des zones de couleur, selon le nombre de cas. Certains endroits resteront en confinement plus longtemps.
  • Faites de votre mieux pour respecter les consignes et limiter la propagation.
  • Restez à la maison et limitez vos contacts aux membres de la maisonnée.
  • Utilisez un moyen électronique pour communiquer avec les amis et les proches qui ne font pas partie de votre maisonnée.
  • Si vous devez sortir ou côtoyer des personnes âgées de votre famille, suivez sans faute tous les protocoles pour assurer votre sécurité et celle des autres. Portez un masque, respectez la distance physique de 2 m (6 pi) et lavez-vous souvent les mains.
  • Si vous travaillez à moins de 2 m (6 pi) de distance, vous devez porter un écran facial et des lunettes étanches pour éviter la contamination par gouttelettes.
  • Les lunettes munies d’un joint d’étanchéité en mousse sont acceptables si elles sont bien ajustées sur le visage.
  • Si quelqu’un se trouve dans la même pièce que vous à l’intérieur, vous devriez porter tous deux un masque en tout temps. Sans exception.
  • Si vous occupez un bureau fermé avec une porte, vous pouvez retirer votre masque lorsque vous êtes seul et que la porte est fermée. Toutefois, il est recommandé de porter un masque en tout temps dans les espaces communs.
  • Les variations de l’ARN du virus sont naturelles et nous allons entendre parler de plus en plus de nouvelles souches virales. La protéine S du variant britannique est plus adhérente que celle du virus initial et est 50 % plus contagieuse.
  • Le variant britannique n’est toutefois pas plus mortel que le virus initial.
  • Des études ont montré que les vaccins sont efficaces contre ce variant.
  • L’aération est une mesure qui permet de limiter la propagation de la COVID-19. Ouvrez les fenêtres et changez régulièrement les filtres des échangeurs d’air. Une autre façon de faire circuler l’air est d’utiliser un filtre haute efficacité pour les particules de l’air qui convient à la taille de la pièce. Une option plus onéreuse consiste à utiliser de la lumière ultraviolette dans les systèmes d’échange d’air, mais cette solution n’est pas simple.
  • Oui, la prise de température devrait être utilisée pour le dépistage de cas possibles.
  • Les masques chirurgicaux devraient être réservés aux travailleurs essentiels. Ils sont jetables et comportent trois couches. Si quelqu’un réutilise un masque de tissu sans suivre les étapes de désinfection et de nettoyage appropriées, la propreté déficiente pourrait causer un problème.
  • Pour le moment, il n’y a pas d’études de comparaison directe sur l’efficacité des vaccins de Pfizer ou de Moderna.
  • Une fois que les travailleurs essentiels auront été vaccinés, les vaccins devraient être à la disposition du reste de la population d’ici la fin de l’été.
  • L’approvisionnement en vaccins connaîtra une hausse marquée en mars ou en avril.

Questions et réponses concernant le vaccin contre la COVID-19

  • Les vaccins contre la COVID-19 produits par les sociétés Pfizer-BioNTech et Moderna sont les premiers vaccins contre la COVID-19 dont l’utilisation a été approuvée. Les deux vaccins ont été testés dans le cadre d’essais cliniques de grande envergure afin de s’assurer qu’ils respectent les normes en matière d’innocuité et les deux ont été approuvés et homologués..
  • • Il est possible d’obtenir de plus amples renseignements sur l’état de la production des vaccins en sélectionnant les liens concernant le pays applicable suivants :
  • Dans un premier temps, étant donné que la demande mondiale dépasse largement l’offre actuelle, on ne disposera de vaccins contre la COVID-19 qu’en quantité limitée.
  • Comme la vaccination relève de la compétence des provinces et des États, l’ordre précis dans lequel le vaccin sera administré à différentes personnes et le moment où surviendra cette opération varieront d’une province ou d’un État à l’autre.
  • Dans la plupart des régions administratives, la campagne de vaccination initiale ciblera les travailleurs de la santé des hôpitaux et des établissements de soins de longue durée. La priorité consiste à protéger les personnes exposées à un risque de maladie grave et de décès lié à la COVID-19, et à réduire la propagation du virus aux populations à risque élevé.
  • Au fur et à mesure que des vaccins en quantités plus élevées seront accessibles au Canada et aux États-Unis, la portée du programme de vaccination sera élargie à d’autres travailleurs de la santé, aux adultes plus âgés et à d’autres groupes ciblés.
  • Dans de nombreuses régions administratives, la vaccination de la population adulte en général devrait débuter au printemps de 2021, selon l’approvisionnement en vaccins et d’autres considérations.
  • Bien que la vaccination ne soit pas obligatoire, toutes les autorités de la santé publique incitent vivement chacun à se faire vacciner. Au Canada, le vaccin sera disponible gratuitement par l’entremise des programmes provinciaux de vaccination.
  • Les vaccins élaborés par les sociétés Pfizer-BioNTech et Moderna contiennent des instructions qui enseignent à nos cellules comment fabriquer une protéine qui se trouve à la surface du coronavirus (virus qui cause la COVID-19). Bien qu’elles soient sans danger pour nous, ces protéines de spicule amènent notre corps à produire des anticorps. Ces nouveaux anticorps contribuent à nous protéger de la maladie si nous sommes exposés au coronavirus.
  • Comme les vaccins ne contiennent pas le virus en tant que tel, ils ne peuvent nous donner la COVID-19.
  • Même après que l’on a été vacciné, il importe de continuer à pratiquer les mesures de santé publique visant à empêcher la propagation de la COVID-19.
  • Les vaccins nous aideront à nous protéger de la COVID-19. Comme c’est le cas de tout médicament, il se pourrait que certains éprouvent des effets secondaires après la vaccination. Parmi les effets secondaires habituels, citons le fait d’avoir le bras endolori, de ressentir des douleurs musculaires ou d’éprouver une légère fièvre, symptômes qui, d’ordinaire, ne persistent que quelques jours. Il se pourrait que vous soyez invité à demeurer dans le local de votre fournisseur de soins de santé ou à la clinique où vous avez reçu le vaccin pendant une période de 15 minutes après l’administration du vaccin. Votre fournisseur de soins de santé ou les responsables de la clinique seront préparés à intervenir dans l’éventualité où vous feriez une réaction.
  • Vous devez vous mettre en rapport avec votre fournisseur de soins de santé si vous présentez quelque symptôme inhabituel que ce soit après l’administration du vaccin.
    Parmi les symptômes, citons les suivants :
    • Fièvre élevée (supérieure à 40 °C);
    • Réaction allergique (éruption cutanée, urticaire, démangeaison, enflure de la gorge, difficulté à avaler ou à respirer);
    • Vomissements, diarrhée ou maux de tête importants;
    • Réactions graves ou qui ne s’estompent pas et qui nécessitent une consultation médicale ou une hospitalisation.
  • Les vaccins contre la COVID-19 à base d’ARNm (dont ceux élaborés par les sociétés Pfizer-BioNTech et Moderna) sont étudiés depuis un certain temps dans un modèle animal pour la grippe, le virus Zika, la rage, le cytomégalovirus et le traitement contre le cancer. Puisque la plateforme vaccinale à base d’ARNm peut être rapidement adaptée de manière à inclure des instructions visant une cible d’anticorps associée à un nouveau virus, comme celui qui cause la COVID-19, les vaccins ont pu être développés beaucoup plus rapidement que par le passé.
  • Aucune étape n’a été sautée dans le processus de développement, de mise à l’essai, d’approbation et de production du vaccin. Des chercheurs indépendants ont examiné attentivement l’intégralité des données avant d’approuver l’efficacité du vaccin et son innocuité.
  • Les vaccins ont été produits plus rapidement, non parce que certaines étapes ont été sautées, mais grâce aux ressources humaines et financières considérables investies dans cet effort sans précédent dans le monde entier. Contrairement aux vaccins antérieurs où l’on procédait une étape à la fois, pour les vaccins contre la COVID-19, les gouvernements ont souhaité que les entreprises planifient d’entrée de jeu l’ensemble des étapes et renforcent sur-le-champ leur capacité en matière de fabrication.
  • Normalement, pour les essais cliniques liés aux vaccins, le processus d’approbation fait intervenir de 6 000 à 8 000 personnes. Ce sont 40 000 personnes qui ont été enrôlées dans l’essai clinique de Pfizer-BioNTech, et plus de 30 000 personnes pour Moderna. Même si ces essais cliniques ont porté sur des cohortes plus importantes que la normale, ils n’ont soulevé aucune inquiétude grave à l’égard de l’innocuité.
  • Le vaccin Pfizer-BioNTech a été approuvé pour les personnes âgées de 16 ans et plus, incluant les personnes âgées. Le vaccin de la société Moderna est approuvé pour les personnes âgées de 18 ans et plus.
  • Veuillez consulter votre fournisseur de soins de santé si :
    • vous avez moins de 18 ans;
    • vous êtes enceinte, souhaitez tomber enceinte peu de temps après avoir été vaccinée, ou allaitez;
    • votre système immunitaire est affaibli (immunosuppression) ou vous souffrez de troubles auto-immuns en raison d’une maladie ou d’un traitement;
    • vous souffrez d’un problème de saignement et faites facilement des ecchymoses;
    • vous êtes à risque de développer une réaction allergique (anaphylactique).
  • La vaccination n’est actuellement pas recommandée dans les cas suivants :
    • Personnes présentant des antécédents d’anaphylaxie après l’administration antérieure d’un vaccin;
    • Personnes présentant une hypersensibilité anaphylactique ou immédiate démontrée à quelques éléments du vaccin, qu’ils soient médicinaux ou non, y compris au polyéthylène glycol;
    • La vaccination doit être retardée dans le cas des individus symptomatiques dont il a été confirmé qu’ils sont infectés du virus SARS-CoV-2 ou dont on soupçonne l’infection, ou de ceux qui présentent des symptômes de la COVID-19;
    • Personnes gravement malades;
    • Personnes qui ont reçu un autre vaccin (et non un vaccin contre la COVID-19) au cours des 14 derniers jours.
  • Certaines personnes peuvent déjà avoir eu la COVID-19 et s’être rétablies. On recommande tout de même qu’elles se fassent vacciner. Les données dont nous disposons actuellement montrent que les cas de réinfection par le virus causant la COVID-19 dans les 90 jours suivant l’infection initiale sont rares. Cependant, les experts ne savent pas précisément combien de temps dure cette protection (ou cette immunité). De plus, le risque de maladie grave ou de décès résultant de la COVID-19 dépasse largement les bienfaits de l’immunité naturelle. La vaccination contre la COVID-19 contribuera à vous protéger en créant une réponse au niveau des anticorps (du système immunitaire) sans que vous ayez à tomber malade.
  • Les personnes qui sont actuellement infectées par la COVID-19 ou qui souffrent d’une autre infection devraient attendre que l’infection se soit estompée et que leur fournisseur de soins de santé leur ait indiqué qu’elles peuvent désormais se faire vacciner.
  • On ne dispose que de peu d’information quant à l’emploi des vaccins contre la COVID-19 dans le cas des femmes enceintes. Si vous êtes enceinte, si vous allaitez ou si vous prévoyez avoir un enfant, il est important de discuter de la COVID-19 avec votre fournisseur de soins de santé afin de passer en revue les avantages et les risques éventuels.
  • En guise de précaution, vous devriez éviter de tomber enceinte pendant un mois ou deux après l’administration de la deuxième dose d’un vaccin.
  • Les personnes souffrant d’un problème de santé stable, comme le diabète, l’hypertension artérielle et le VIH, peuvent se faire vacciner contre la COVID-19 dans la mesure où elles ne prennent pas de médicaments qui affaiblissent leur système immunitaire. Sont aussi visées les personnes qui souffrent d’hépatite B ou C stable.
  • Il est recommandé de vous adresser tout d’abord à votre fournisseur de soins de santé pour vous assurer que le vaccin n’aura pas d’incidence sur votre état de santé.
  • Même après avoir été vacciné, il faut continuer à respecter les mesures de santé publique, comme le port du masque, la distanciation sociale et le lavage fréquent des mains, jusqu’à ce que la distribution des vaccins se soit plus largement répandue et que nous puissions être sûrs que ceux-ci empêchent la propagation de la plupart des infections à la COVID-19. Ces mesures, associées à un style de vie sain et actif, offrent la meilleure forme de protection contre la COVID-19 et d’autres virus.
  • Il a été démontré que tous les vaccins contre la COVID-19 dont l’usage est actuellement approuvé sont extrêmement efficaces pour prévenir la COVID-19.
  • Les autres vaccins en cours de développement font l’objet d’évaluations attentives dans le cadre d’essais cliniques et ils ne seront autorisés et approuvés que s’ils permettent de réduire considérablement le risque de contracter la COVID-19.
  • S’appuyant sur des faits connus au sujet des vaccins contre d’autres maladies et sur les premières données des essais cliniques visant le vaccin contre la COVID-19, les experts estiment que se faire vacciner contre la COVID-19 pourrait empêcher de tomber gravement malade si vous contractiez la COVID-19.

3 novembre 2020 – Gestion de la crise de la covid-19 avec le Dr Levine 

Les données montrent qu’au début de la deuxième vague il y a deux mois, les personnes plus jeunes ont été touchées de manière disproportionnée. Ça ne semble plus être le cas aujourd’hui. Actuellement, il y a plus de cas chez les personnes de 40 à 60 ans.

En ce moment, il semble que l’approvisionnement en vaccins est limité, mais il augmentera rapidement. De toute façon, en général, nous n’avons pas une grande réserve de doses à cette période de l’année. La demande sera plus forte cette année, mais le gouvernement a commandé plus de trousses de vaccination qu’à l’habitude. Il faut du temps pour acheminer les vaccins aux pharmacies, aux centres médicaux, etc.

Je vous recommande fortement de ne pas dépasser le nombre de personnes autorisé à l’intérieur, soit 10, et de tenir compte du type de pièce où ont lieu les réunions. Il y a une grande différence entre un groupe de 10 personnes qui se réunissent dans un grand gymnase et 10 personnes qui se rencontrent dans une petite salle de réunion. Je vous recommande d’annuler les rencontres en personne ou d’au moins limiter le nombre de participants pour réduire le risque au minimum.

C’est un domaine de connaissances en évolution. Certaines personnes dans différents pays ont contracté le virus deux fois. Ce n’est pas fréquent, ce sont des cas assez isolés, mais il est clair que certaines infections n’assurent pas une immunité de longue durée. Ce sont des cas qui méritent d’être examinés. La question des infections à répétition doit aussi être examinée dans le cadre du développement d’un futur vaccin.

Même s’il est possible de contracter la maladie par des contacts avec des surfaces, cela ne semble pas être un facteur de propagation particulièrement important. Les modes de transmission du virus par gouttelettes et par voie aérienne sont plus fréquents et présentent plus de risques. Cela ne veut pas dire qu’il faut arrêter de nettoyer les surfaces, mais ce nettoyage ne doit pas être nécessairement la principale mesure de prévention. Le port du masque et la distanciation physique sont plus efficaces pour prévenir la propagation du virus que l’élimination des contacts avec des surfaces potentiellement contaminées.

Le rôle de la transmission par voie aérienne dans la propagation du virus n’est pas encore confirmé. Il est clair que les grosses gouttelettes que nous projetons lorsque nous respirons, parlons et éternuons sont les principales sources de transmission du virus, mais ces gouttelettes parcourent des distances limitées. Nous ne connaissons pas encore l’importance des fines gouttelettes qui sont transmises par les courants d’air, mais elles ne semblent pas inoffensives. Nous croyons toutefois que les fines gouttelettes ne sont pas aussi infectieuses que les grosses gouttelettes.

Plus concrètement, plus vous passez de temps dans un espace fermé, par exemple dans un bureau, plus le risque de contracter la COVID-19 par propagation aérienne augmente. Puisque nous travaillons plus souvent à l’intérieur durant l’hiver, il est probable que la propagation aérienne augmentera.

Oui, je leur recommande de rester à la maison et de passer un test. Nous ne pouvons pas présumer que les personnes malades ont seulement un rhume. Nous ne pouvons pas distinguer les symptômes du rhume et de la COVID-19 sans passer un test. Les personnes malades qui présentent des symptômes ne doivent pas se présenter au travail et devraient autant que possible passer un autre test après la période d’isolement à la maison.

Plus de FAQ

Il y a plusieurs solutions de rechange à la cueillette de bonbons! Vous pourriez encourager vos enfants à se déguiser et à participer à des activités et à des fêtes virtuelles. Vous pourriez organiser une chasse aux bonbons avec les membres de votre foyer. Vous pourriez passer une soirée d’Halloween effrayante en écoutant des films d’horreur et en vous racontant des histoires à donner la chair de poule. Il n’y a aucune raison pour que l’Halloween ne soit pas plaisante.

Même si vos enfants peuvent faire du porte-à-porte, la cueillette de bonbons sera compliquée cette année. Assurez-vous que vos enfants se promènent avec les membres de votre famille et qu’ils restent dans votre quartier; qu’ils maintiennent une distance physique d’au moins deux mètres (six pieds) avec les autres; et qu’ils portent un couvre-visage conçu pour prévenir la propagation du virus. En outre, assurez-vous qu’ils évitent les contacts avec les surfaces et les objets fréquemment touchés, notamment les sonnettes et les rampes, et qu’ils lavent ou désinfectent leurs mains rigoureusement.

Les deux conditions suivantes doivent être respectées : si l’employé symptomatique, un résultat négatif à un test de COVID-19 plus absence de symptômes depuis 48 heures; si l’employé asymptomatique, un résultat négatif et 48 heures d’isolement à la maison en attendant le résultat du test.

Tout ce qui peut être fait pour réduire le risque de contracter la grippe saisonnière est une bonne chose pour tout le monde, pas seulement pour les personnes âgées ou celles qui ont des problèmes de santé sous-jacents. Tout le monde devrait se faire vacciner.

Si ces personnes contractent la COVID-19, elles sont plus susceptibles d’avoir des symptômes plus graves, mais elles ne sont pas plus susceptibles de contracter la maladie. Les personnes dont le système immunitaire est affaibli courent toutefois un risque accru de contracter la maladie.

Bien qu’il reste encore beaucoup à apprendre sur cette maladie, il apparaît de plus en plus que la COVID-19 affecte non seulement le système respiratoire supérieur et les poumons, mais qu’elle peut aussi éventuellement affecter les vaisseaux sanguins et d’autres organes dans le corps.

Cela dépend des classes et des écoles. Il existe un très large éventail de ressources par rapport aux écoles et aux conseils scolaires particuliers, aux caractéristiques démographiques d’une certaine communauté et aux contraintes qui pèsent sur eux.

Les parents et les enseignants doivent faire en sorte que le port d’un masque soit quelque chose d’amusant pour les enfants; cela doit faire partie de leur personnalité. Les méthodes que les enseignants et le personnel de soutien peuvent utiliser pour créer une culture positive autour du port des masques sont importantes.

Cela dépend de l’environnement. Les écoles qui sont plus susceptibles d’avoir des difficultés avec une ventilation obsolète ou qui disposent de moins de ressources en général pour faire de l’enseignement à distance peuvent représenter une situation plus risquée.

C’est un autre défi logistique qui nécessitera une attention particulière. Les autobus scolaires ne sont pas conçus pour permettre une distanciation à l’intérieur, mais cela pourrait se faire en gardant des sièges vides.

Les masques sont essentiels. Un autobus scolaire est un environnement intérieur qui n’est pas bien ventilé, et pour certains enfants, le trajet peut durer plus de 45 minutes. De plus, il est important de s’assurer que les enfants se lavent les mains avant de monter dans l’autobus, et que du désinfectant pour les mains est fourni à l’entrée de l’autobus.

En fait, la réponse est un peu compliquée. Cela dépend d’une évaluation de la probabilité que le résultat négatif soit un « vrai négatif » plutôt qu’un « faux négatif ». Une telle évaluation tiendrait compte de divers facteurs, notamment :

  • la nature et la gravité des symptômes de la personne et leur chronologie;
  • tout lien épidémiologique entre la personne et un cas connu ou une éclosion de cas, y compris une analyse de la nature et de la durée de tout contact;
  • la prévalence locale de la COVID-19;
  • les comportements à risque (le manque de diligence dans le port d’un ÉPI et la pratique d’une bonne hygiène des mains et du visage, le manque de diligence à éviter les contacts avec des cas connus, un historique de fréquentation de milieux à risque plus élevé, etc.). 

Chaque cas doit être évalué individuellement. Dans certains cas, un employé pourrait retourner au travail immédiatement après un résultat négatif à un test (cela pourrait comprendre les situations où l’on détermine qu’il est peu probable que les symptômes soient associés à la COVID-19 d’un point de vue clinique, ou lorsque les symptômes ont disparu ou se sont considérablement améliorés, et lorsqu’il n’y a pas de lien connu avec un cas positif). D’autres situations pourraient nécessiter une période complète de 10 à 14 jours d’absence du travail, même avec un résultat négatif à un test et avec la disparition des symptômes, en fonction des particularités de la situation. Malheureusement, cela signifie qu’il n’est probablement ni possible ni conseillé d’adopter une approche universelle. 

Il n’y a pour le moment aucun plan précis de changer les recommandations en matière de distanciation physique au Canada. Un récent examen de la question dans la revue The Lancet a indiqué que la transmission des virus est plus faible avec une distanciation physique d’un mètre ou plus, comparativement à une distance inférieure à un mètre, et que le niveau de protection augmente avec la distance, l’étude ayant constaté que le risque diminue d’environ 50 % avec chaque mètre de distance supplémentaire (cela doit être perçu comme très approximatif étant donné les limitations des recherches jusqu’à présent). Il est clair que plus les gens se tiennent éloignés les uns des autres, plus le risque faiblit d’une propagation directe par des gouttelettes (qui représente le principal vecteur de propagation de la COVID-19). Il semble que les recommandations en matière de politiques de la part des autorités à cet égard concernent davantage l’équilibre qu’elles souhaitent établir entre la réduction du risque et d’autres impératifs contradictoires (p. ex. l’espace disponible, la densité de la population) et que cela peut varier en fonction du contexte particulier de l’autorité formulant la recommandation (p. ex. les taux d’utilisation de masques, de test positif, de réussite de la recherche de contacts). Ce qui est approprié pour un territoire donné peut ne pas l’être pour un autre. Comme pour tout ce qui touche la COVID-19, la réponse est compliquée.

Les CDC continuent de recommander une quarantaine de 14 jours après un contact étroit avec un cas connu de COVID-19 (consultez le site https://www.cdc.gov/coronavirus/2019-ncov/if-you-are-sick/quarantine.html). Cela cadre avec les exigences au Canada ainsi qu’avec celles de la plupart des autres pays dans le monde. La recommandation de s’absenter du travail pendant 10 jours concerne les « cas » (c.-à-d. 10 jours après le début des symptômes ou après un résultat positif à un test) et non les « contacts avec des cas ». La justification est que, suivant le contact avec un cas connu de COVID-19, il peut s’écouler jusqu’à 14 jours avant qu’une personne ne présente des symptômes; il faut donc attendre la fin de cette période pour déterminer si le contact mène à un nouveau cas (si le contact demeure asymptomatique pendant toute la période de 14 jours, sa quarantaine peut être levée). Toutefois, dès qu’une personne présente des symptômes et devient un cas (généralement d’après le résultat positif à un test), nous savons que la période pendant laquelle elle est la plus contagieuse pour les autres est de 48 à 72 heures avant l’apparition de symptômes jusqu’à 10 jours après celle-ci. Cela mène donc à une différence dans les recommandations en matière de quarantaine ou d’isolement entre les contacts de cas et les cas eux-mêmes. Paradoxalement, cela peut mener à des contacts asymptomatiques de cas connus absents du travail plus longtemps que les personnes atteintes elles-mêmes! (Mise à jour : 26 janvier 2021 – Les CDC continuent de recommander une quarantaine complète de 14 jours, mais permettent également d’y mettre fin après 7 jours avec un résultat négatif à un test, ou 10 jours sans passer de test, tout en reconnaissant que mettre un terme à la quarantaine prématurément comporte un certain risque d’échapper un cas de COVID-19 en cours de développement dans les jours suivant la fin de la quarantaine.)

En ce qui a trait à la COVID-19, un « contact étroit » désigne toute personne qui s’est trouvée à moins de 1,8 m (6 pieds) d’une personne infectée pendant au moins 15 minutes cumulativement sur une période de 24 heures. Selon les CDC, une personne infectée peut être contagieuse 48 heures avant de présenter des symptômes ou de recevoir un résultat positif à un test de COVID-19.

Oui. Selon les CDC, on considère que vous avez eu un « contact étroit » même si vous portiez un masque lorsque vous étiez près d’une personne atteinte de la COVID-19. Les masques visent à protéger les autres personnes de celles qui les portent, pas de vous éviter d’être infecté.

La durée de vie du virus de la COVID-19 dans le corps est plus compliquée que l’on peut croire (comme tout ce qui est en lien avec celui-ci!). Il semble y avoir une variation significative entre les individus en matière de durée des symptômes et de durée de l’excrétion virale (ces deux paramètres ne correspondent pas toujours). Dans le cas d’individus asymptomatiques (dont on a découvert qu’ils avaient un test positif), l’excrétion virale peut persister pendant quelques semaines dans certains cas, mais la période d’infectiosité serait principalement limitée aux 10 premiers jours de la maladie. Étant donné que nous ne pouvons pas déterminer la date de début de la « maladie », nous recommandons de commencer le décompte de 10 jours à partir de la date à laquelle ils ont été testés (pas la date à laquelle le résultat positif a été obtenu, qui serait généralement 1 à 2 jours plus tard). 

Réponse fournie par le Dr Noah Levine

Un résultat positif à deux reprises est très probablement révélateur d’une personne infectée qui, bien qu’ayant récupéré de façon symptomatique, continue de répandre l’ARN du virus (ce que détecte le test PCR pour le dépistage de la COVID-19). Les données actuelles indiquent que cette excrétion asymptomatique d’ARN du virus après le rétablissement d’une infection symptomatique peut persister pendant plusieurs semaines, mais qu’elle n’est probablement pas une source importante de propagation virale (il existe de nombreuses théories sur les raisons pour lesquelles cela pourrait être le cas). Il est également concevable qu’après le rétablissement d’une infection symptomatique, la personne ait été réinfectée (très probablement avec une souche différente), ce qui a entraîné un deuxième cycle de maladie. Sans les détails cliniques spécifiques du cas en question, il est difficile de donner une réponse plus précise. 

Réponse fournie par le Dr Noah Levine

Ce scénario n’est pas du tout surprenant, pour plusieurs raisons. Tout d’abord, le test lui-même a un taux de faux négatifs pouvant atteindre 30 %, ce qui signifie que le premier test pour cette personne avait jusqu’à 30 % de chances d’être déclaré négatif, même si le virus était effectivement présent. Deuxièmement, il peut s’écouler plusieurs jours avant que le virus ne soit excrété dans les voies respiratoires supérieures pour qu’un test de dépistage soit positif. Par conséquent, si une personne est testée très tôt après avoir été en contact avec une personne infectée, le test peut être négatif, même si une infection « se développe ». Troisièmement, il est également possible que la personne n’ait pas été infectée au moment du premier test, puis qu’elle l’ait été pendant la période de cinq jours qui s’est écoulée entre les tests (p. ex., lors d’une sortie à l’épicerie ou d’un autre contact ou mode de transmission). Il y a donc de nombreuses raisons pour lesquelles on pourrait observer le phénomène d’un test négatif suivi d’un test positif. Pour cette raison, nous mettons en garde les employeurs de ne pas se fier uniquement à un test négatif lors de la prise de décisions de retour au travail. 

Réponse fournie par le Dr Noah Levine

Tous les employés de B&M qui travaillent dans des établissements de soins de santé sont tenus de se conformer continuellement aux normes de l’hôpital ou des clients. À l’heure actuelle, les CDC et l’OSHA ont recommandé d’utiliser une combinaison de précautions standard, de précautions contre les contacts, de précautions contre la transmission par voie aérienne et d’équipement de protection individuelle (blouses, gants, masques N95 et protection oculaire) pour protéger les travailleurs de la santé contre l’exposition au virus.

Des contrôles techniques tels que des barrières physiques, des salles d’isolement pour les infections par voie aérienne seront fort probablement installés dans les établissements de soins de santé. Assurez-vous de bien comprendre la mise en place et posez des questions si vous n’êtes pas certain.

En cas de doute, contactez votre supérieur immédiat ou votre représentant régional en SSE pour obtenir des conseils.

Tous les employés de B&M qui travaillent dans un environnement aéroportuaire sont tenus de respecter en permanence les normes de l’aéroport ou des clients.

Alertez immédiatement votre médecin si vous pensez avoir été infecté par la COVID-19; y compris si vous avez été exposé à une personne infectée par le virus et présentant des signes ou des symptômes d’infection.

Si vous pensez avoir été exposé au travail, veuillez alerter votre supérieur immédiat et votre représentant régional en SSE.

Votre médecin peut déterminer si vos signes et symptômes sont occasionnés par d’autres causes ou s’il y a des raisons de soupçonner que vous pourriez avoir la COVID-19. Si des tests de laboratoire sont nécessaires, votre médecin travaillera avec les responsables de la santé de votre province ou de votre État pour prélever des échantillons cliniques pour le diagnostic.

Aucun vaccin ni traitement spécifique n’est actuellement disponible. Les hôpitaux peuvent fournir des soins de soutien aux personnes infectées. (Mise à jour : 26 janvier 2021 – Des vaccins sont maintenant disponibles. Ils sont actuellement administrés aux groupes hautement prioritaires, et la vaccination devrait s’étendre à l’ensemble de la population par la suite.)

On ne sait pas encore si les conditions météorologiques et la température auront un impact sur la propagation de la COVID-19. Certains autres virus, comme le rhume et la grippe, se propagent davantage pendant les mois froids d’hiver, mais cela ne signifie pas qu’il est impossible de tomber malade avec ces virus pendant les autres mois. À l’heure actuelle, on ne sait pas si la propagation de la COVID-19 diminuera lorsque le temps se réchauffera.

Absolument pas. Aucune race ou ethnie n’est plus ou moins sensible à la COVID-19 qu’une autre.

Les premières informations, en provenance de Chine, où la COVID-19 a débuté, montrent que certaines personnes courent un risque plus élevé de tomber malade, notamment :

  • Adultes plus âgés
  • Personnes souffrant de graves problèmes de santé chroniques tels que :
    • Maladie cardiaque
    • Diabète
    • Maladie pulmonaire

Si vous faites partie de ces groupes à risque plus élevé, voici les précautions suggérées par les CDC :

  • Contactez votre médecin pour vous renseigner sur la possibilité d’obtenir et d’avoir sous la main des médicaments supplémentaires au cas où vous auriez besoin de rester à la maison pendant une période prolongée. Si vous ne pouvez pas obtenir de médicaments supplémentaires, veuillez envisager des médicaments qui seront livrés par la poste.
  • Ayez suffisamment d’articles ménagers et de provisions de nourriture afin d’être prêt à rester à la maison pendant un certain temps.

Cela peut prendre de 2 à 14 jours pour qu’une personne développe des symptômes après une exposition initiale au virus. La moyenne est d’environ 5 jours.

L’OMS rapporte que 80 % des patients ont une maladie légère à modérée due à une infection. Les cas les plus bénins sont dus au fait que la réponse immunitaire du corps est capable de contenir le virus dans les voies respiratoires supérieures. Ce sont généralement des personnes en bonne santé sans conditions préexistantes. Dans 13,8 % des cas graves et 6,1 % des cas critiques, le virus a pénétré dans les voies respiratoires inférieures par la trachée. À mesure que le virus se déplace vers les poumons, il continuera de se reproduire et peut causer des problèmes tels que la bronchite et la pneumonie. Lorsque survient une pneumonie, une fine couche de cellules alvéolaires est endommagée par le virus. Le corps réagit ensuite en envoyant des cellules immunitaires au poumon pour le combattre. Il en résulte que les parois deviennent plus épaisses qu’à la normale. En s’épaississant de plus en plus, elles obstruent les alvéoles (poches d’air), ce dont vous avez besoin pour amener l’oxygène dans votre sang.

Bien qu’il n’y ait pas de réponse concrète, on prévoit qu’environ 12 à 18 mois seront nécessaires pour produire un vaccin. (Mise à jour : 26 janvier 2021 – plusieurs vaccins sont maintenant approuvés à des fins d’utilisation.)

Les vaccins sont administrés aux personnes en bonne santé à titre préventif. Les vaccins préventifs ne traitent ni ne guérissent la maladie, mais ils renforcent plutôt votre système immunitaire pour lutter contre la maladie potentielle.

Le but des vaccins serait d’aider votre système immunitaire en reconnaissant la différence entre vos cellules saines et les cellules nuisibles.

L’aplatissement de la courbe fait référence à l’utilisation de pratiques de protection pour ralentir le taux d’infection à la COVID-19 afin que les hôpitaux aient de la place, des fournitures et des médecins pour tous les patients qui ont besoin de soins.

Ne voyagez pas par avion, peu importe l’endroit, et reconsidérez sérieusement vos déplacements en voiture à l’extérieur de votre région, peu importe la raison.

Interrompre la propagation de la COVID-19 nécessite que nous prenions tous des mesures extrêmes afin de limiter notre interaction sociale avec les autres tant au travail que dans les lieux publics et à la maison.  C’est ce que signifie la distanciation sociale. 

Si nous la pratiquons uniquement au travail et pas à la maison, nous minons gravement les efforts collectifs visant le ralentissement de la propagation du virus. 

Veuillez respecter ces recommandations sur la distanciation sociale au travail et à la maison :

  1. Tenez-vous à distance – demeurez à 2 m (6 pi) des autres, lorsque possible.
  2. Évitez tout contact physique, même lors des salutations – pas de poignées de mains, d’accolades, de baisers, de point à poing, ni de tapes dans les mains.
  3. Prenez soin de votre famille, mais limitez les contacts avec les personnes hors de votre foyer ou de votre lieu de travail – pas de dîners, de fêtes ni d’amis qui viennent jouer, dormir ou rendre visite.
  4. Réduisez la fréquence de vos sorties dans les lieux publics, y compris dans les magasins et les restaurants.
  5. Limitez les interactions avec les personnes âgées, même vos parents et vos proches, car ce sont les personnes les plus vulnérables.
  6. Si vous êtes malade, restez chez vous. Isolez-vous des autres, y compris des membres de votre famille, lorsque possible. Consultez un médecin.

Ces changements apportés à votre quotidien et à votre routine sont des sacrifices contraignants et contrariants.  Or, les expériences récentes vécues dans d’autres pays un peu partout dans le monde ont démontré que la mise en œuvre rapide de telles mesures peut réduire largement la magnitude de l’épidémie.

Nous vous invitons à faire preuve de vigilance dans le suivi de votre état de santé afin de surveiller l’apparition des symptômes de la COVID-19 et d’identifier ou de rapporter les sources d’exposition potentielle au virus (contact avec des personnes infectées, récents voyages à l’étranger, etc.). 

Dans le langage de la santé publique, isolement et quarantaine sont des pratiques différentes, mais semblables. Dans le cas d’une situation d’urgence comme celle de la COVID-19, l’isolement est le fait de maintenir les personnes malades à l’écart des personnes en bonne santé, tandis que la quarantaine est le fait de restreindre le mouvement des personnes exposées à une maladie contagieuse afin de voir si elles développent la maladie.

Chez Black & McDonald, nous employons le terme « isolement » pour décrire nos mesures internes et personnelles veillant à maintenir les personnes malades à l’écart des personnes en bonne santé. 

S’isoler signifie que vous restez à la maison si vous avez la COVID-19. L’isolement est obligatoire pour les cas confirmés de COVID-19. L’isolement est un terme médical qui désigne le fait de tenir les personnes infectées par une maladie contagieuse à l’écart de celles qui ne le sont pas. L’isolement peut avoir lieu à la maison ou dans un établissement de soins de santé.

Auto-isolement (ou autoquarantaine) signifie que vous restez à la maison, car vous croyez être malade puisque vous avez développé des symptômes ressemblant à ceux de la COVID-19 ou vous croyez avoir été en contact avec une personne ayant la maladie ou croyant avoir la maladie chez vous, dans un lieu public ou lors d’un voyage.

Si vous avez des symptômes de la COVID-19, veuillez communiquer avec votre superviseur ou votre représentant SSE, et demeurer à la maison. Isolez-vous des membres de votre famille et autres personnes du mieux que vous le pouvez. Suivez les instructions de l’autorité de santé de votre région en ce qui concerne les étapes suivantes. Obtenez des soins médicaux si votre état de santé dépérit, surtout si vous avez de la difficulté à respirer.

Cela signifie que vous avez reçu la directive claire de vous séparer des autres, y compris des gens dans votre maison, afin de prévenir la propagation du virus. Si vous êtes malade, vous devriez être séparé des autres membres de votre foyer dans la mesure du possible.

Jusqu’à ce que votre médecin l’autorise, l’auto-isolement signifie :

  • Ne pas utiliser les transports en commun, y compris les taxis ou les programmes de covoiturage (comme Uber);
  • Ne pas aller au travail, à l’école ou dans d’autres lieux publics;
  • Limiter le nombre de visiteurs dans votre maison;
  • Dans la mesure du possible, rester dans une chambre séparée loin des autres personnes dans votre maison; Utiliser une salle de bain séparée, si possible;
  • S’assurer que toutes les pièces partagées ont une bonne circulation d’air (fenêtres ouvertes);
  • Se couvrir le nez et la bouche lorsque vous toussez et éternuez, et se laver les mains après;
  • Se laver les mains après avoir vidé les poubelles;
  • Se laver les mains à l’eau et au savon;
  • Se sécher les mains avec une serviette en papier ou une serviette que personne d’autre n’utilise;
  • Utiliser un désinfectant pour les mains à base d’alcool;
  • Porter un masque si vous êtes à moins de deux mètres de la personne ou si vous devez quitter votre domicile pour consulter votre médecin;
  • Nettoyer les surfaces qui sont souvent touchées et les endroits où il y a beaucoup de circulation, comme les comptoirs, les toilettes, les poignées de robinet d’évier, les tables, les poignées de porte, les télécommandes de télévision, les téléphones et les tables de chevet à tous les jours et à l’aide de produits ménagers ordinaires;
  • Porter des gants jetables pour nettoyer les surfaces;
  • Ne pas retourner au travail, à l’école ou à des activités publiques avant d’avoir obtenu l’autorisation de votre médecin.

Nous sommes particulièrement sensibles aux inquiétudes de nos employés à ce sujet et nous vous assurons que nous allons nous adapter à la situation en optant pour des solutions sensibles et justes qui correspondent aux valeurs de notre entreprise. Malheureusement, il n’existe pas de réponse facile à cette question, car la réponse varie selon votre occupation, le lieu où vous travaillez et le territoire dans lequel vous habitez. 

Black & McDonald se doit de respecter les lois du travail locales et les conventions collectives en vigueur; ainsi, nos règlements internes concernant les congés payés varieront selon le territoire et la convention collective concernée. En date du 16 mars, nous fournissons à toutes les régions de Black & McDonald des lignes directrices d’entreprise concernant la rémunération et les congés dans le contexte de la pandémie de COVID-19, afin que tous les bureaux puissent définir et mettre en œuvre rapidement des politiques locales.

Les gouvernements sont également en train de mettre au point diverses stratégies pour faciliter l’accès des employeurs et employés à une aide financière afin d’encourager l’auto-isolement et soutenir leurs citoyens ayant contracté la maladie.

Il se peut que les personnes infectées par le virus causant la COVID-19 présentent peu ou pas de symptômes. Il se pourrait que vous ne sachiez pas que vous présentez des symptômes de la COVID-19 puisque ceux-ci sont similaires à ceux que l’on associe au rhume ou à la grippe. Après l’exposition au virus, il faut parfois compter jusqu’à 14 jours pour que les symptômes apparaissent. Il s’agit en l’espèce de la période infectieuse connue la plus longue pour cette maladie.

Les symptômes de la COVID-19 peuvent varier d’une personne et d’un groupe d’âge à l’autre.

Voici certains des symptômes les plus fréquemment rapportés :

  • Toux nouvelle ou qui s’aggrave
  • Essoufflement ou difficultés à respirer
  • Température égale ou supérieure à 38 °C
  • Sensation de fièvre
  • Frissons
  • Fatigue ou faiblesse
  • Douleurs musculaires ou corporelles
  • Perte soudaine du goût ou de l’odorat
  • Maux de tête
  • Symptômes gastro-intestinaux (douleurs abdominales, diarrhée, vomissements)
  • Sensation d’être très malade

Les enfants ont tendance à avoir des symptômes abdominaux et des changements ou des éruptions cutanées

Certains patients ont signalé des symptômes gastro-intestinaux tels que la nausée et la diarrhée, mais c’est relativement rare.

Les symptômes deviennent plus graves une fois que l’infection a fait son chemin vers les voies respiratoires inférieures.

Le virus de la COVID-19 se propage principalement de personne à personne, par le biais de contacts étroits. À titre d’exemple, dans une maison, sur les lieux de travail ou dans des espaces publics. Le virus se transmet par des gouttelettes respiratoires qui se répandent lorsque l’on tousse ou que l’on éternue, ou par contact étroit, comme lorsque l’on touche un objet ou quelqu’un ou que l’on échange une poignée de main et que l’on porte par la suite ses mains à sa bouche, à son nez ou à ses yeux, avant de les avoir lavées.

De manière générale, on estime que les rassemblements importants qui donnent lieu à de brèves interactions, qu’il s’agisse de passer devant une personne qui pourrait être infectée par le virus de la COVID-19 ou de se trouver brièvement dans la même salle que cette personne, présentent un faible niveau de risque.

On pense qu’il se propage principalement de personne à personne. Entre deux personnes qui sont en contact étroit l’une avec l’autre; à travers des gouttelettes respiratoires produites quand une personne infectée tousse.

On pense que les gens sont les plus contagieux quand ils sont les plus symptomatiques. Cependant, la propagation peut avoir lieu durant les 48 heures précédant l’apparition des symptômes.

Il peut aussi se propager en touchant une surface ou un objet qui contient le virus, puis en touchant sa propre bouche, son nez ou peut-être ses yeux. On ne pense pas que ce soit la principale façon dont le virus se propage.

Nous sommes d’avis que les meilleures façons de se protéger et de protéger les autres de toute propagation du virus, dans le cadre de sa vie quotidienne, sont les suivantes :

  1. Lavez-vous les mains régulièrement et soigneusement avec du savon et de l’eau ou à l’aide de désinfectant pour les mains à base d’alcool. L’OMS propose un excellent tutoriel sur la technique de lavage des mains la plus efficace. Vous pouvez consulter celui-ci à l’adresse suivante : https://www.youtube.com/watch?v=3PmVJQUCm4E.
  2. Ne vous touchez pas les yeux, le nez ou la bouche avant de vous laver les mains.
  3. Gardez vos germes pour vous en éternuant et toussant dans votre manche ou dans un papier-mouchoir. Si vous êtes malade, restez chez vous.
  4. Demeurez à une distance sécuritaire des personnes malades, soit à au moins 1 m (3 pi) de distance, lorsque cela s’avère possible.
  5. Surveillez votre état de santé afin d’y déceler les signes et les symptômes de la COVID-19 et plus particulièrement la fièvre, un début de toux sèche ou des difficultés respiratoires.

Outre le fait que vous pouvez prendre connaissance des mises à jour produites par B&M, nous vous incitons à demeurer informé en consultant les sites Web de l’OMS, de l’ASPC et des CDC :

  1. https://www.who.int/fr/emergencies/diseases/novel-coronavirus-2019?gclid=CjwKCAiA9vOABhBfEiwATCi7GI6gQUj-cABhVCcwMyk9VNDI2EEcN-6f_4RShILdTrhVTkVsVf48WhoCkbMQAvD_BwE
  2. https://www.canada.ca/fr/sante-publique/services/maladies/2019-nouveau-coronavirus.html
  3. https://www.cdc.gov/coronavirus/2019-nCoV/index.html

Les autorités sanitaires municipales constituent également une excellente source d’informations générales sur la COVID-19, de mises à jour locales et de consignes spécifiques à l’intention des citoyens. À titre d’exemple, citons les autorités responsables de la santé publique de Toronto ou celles de la ville de Kansas City.

À l’instar du virus la grippe, les coronavirus se propagent principalement par contact direct. Bien que cela soit plus rare, ils peuvent se répandre indirectement lorsque des gouttelettes respiratoires produites par une personne infectée contaminent les surfaces et objets se trouvant à proximité de celle-ci. Pour faire preuve de précaution, nous vous recommandons d’adopter de saines pratiques en matière d’hygiène en milieu de travail, en désinfectant régulièrement les installations communes, comme les toilettes et les cuisines, les surfaces de travail (incluant les poignées de porte, les cafetières et les articles ménagers), les appareils téléphoniques, les claviers et les ordinateurs portatifs au moyen de lingettes antibactériennes ou de désinfectant, et ce, particulièrement dans les zones densément utilisées ou lorsque les postes de travail sont utilisés par plusieurs personnes.

Il n’y a aucun risque connu d’introduction du virus causant la COVID-19 au Canada ou aux États-Unis sur des colis ou des envois provenant des régions touchées. Nous ne disposons actuellement d’aucune information établissant qu’il est possible d’associer la transmission du virus causant la COVID-19 à des marchandises importées.

Si vous tombez malade pendant votre voyage ou à votre retour, évitez tout contact avec les autres, informez votre superviseur et un membre de SSE et, dans la plupart des provinces et des États, communiquez avec votre unité locale responsable de la santé publique afin de leur faire part de vos symptômes, de leur préciser où vous avez voyagé et de leur dire si vous avez été en contact avec une personne malade. Si vous vous sentez malade durant votre vol de retour ou à votre arrivée, informez l’agent de bord ou un agent des services frontaliers.

e fait de porter un masque peut contribuer à limiter la propagation de l’infection aux autres. Certains milieux de travail de Black & McDonald peuvent également imposer le port du masque, selon l’évaluation du danger. Le port d’un masque lorsque vous n’êtes pas malade ou que vous n’êtes pas à risque élevé de développer des symptômes pourrait vous conférer un faux sentiment de sécurité. En effet, les masques peuvent être facilement contaminés et il convient d’en changer fréquemment en plus de les ajuster comme il se doit pour qu’ils puissent offrir une protection adéquate.

Vous devriez porter un masque dès que vous êtes à l’intérieur (ailleurs qu’à votre domicile) et dès que vous êtes en présence d’autres personnes qui ne font pas partie de votre maisonnée (même si vous êtes à l’extérieur).

Les patients ayant une infection à la COVID-19 confirmée ou possible devraient porter un masque lorsqu’ils sont évalués médicalement. Les CDC recommandent de suivre les mesures de prévention quotidiennes comme se laver les mains, se couvrir le nez et la bouche lorsque vous toussez et rester à la maison lorsque vous êtes malade.

Bien qu’une récente étude laisse entrevoir le fait que le virus causant la COVID-19 pourrait infecter certains types d’animaux — de la même façon que pour le SARS-CoV — nous ne disposons pour le moment d’aucune indication nous permettant de croire que les animaux de compagnie ou que tout autre animal coure un risque important d’être infecté par le virus de la COVID-19 ou d’être une source d’infection pour l’homme. Cependant, cette question demeure à l’étude et de nombreuses inconnues persistent en rapport avec la COVID-19.

Le Comité de gestion de crise de la COVID-19 de Black & McDonald ainsi que nos ressources régionales continueront d’examiner et d’évaluer les niveaux de risque globaux auxquels sont exposés nos employés, nos clients et nos sous-traitants.

Si vous avez des questions ou avez besoin d’aide, veuillez vous adresser à votre représentant de la santé et sécurité ou avec SSE de l’entreprise.