Mise à jour COVID-19 – Jeudi 15 avril 2021

Bonjour à tous,

Et c’est là que la guêpe m’a piqué et que j’ai fait un rêve fiévreux.
(And that’s where the hornet stung me, and I had a feverish dream).

J’imagine que la plupart des Canadiens de mon âge reconnaissent ces paroles de The Tragically Hip,

« Ahead by a Century ». Une chanson mémorable écrite par un homme inoubliable nommé Gord Downie. Depuis sa sortie il y a 25 ans, cette chanson a trouvé son chemin partout au pays. Salles familiales et tavernes, feux de camp et concerts préscolaires, mariages, monuments commémoratifs. Vous n’avez qu’à les nommer. Une bonne mélodie et une introspection cryptique se combinent en une création captivante et durable.

Je me suis souvenu de cette chanson et de cette phrase spécifique jeudi dernier lorsque j’ai reçu ma première dose de vaccin. Astra Zeneca. Oui, celui-là. C’était pour le moins une piqûre figurative. La pharmacienne a effectué l’injection si efficacement et sans douleur que je n’ai rien senti, ni même remarqué qu’elle mettait un pansement sur mon bras. J’ai pensé ‘’C’est tout’’? Il est étrange que quelque chose auquel vous avez pensé et anticipé depuis si longtemps se termine en un instant.

J’ai dû m’attarder dans la pharmacie pendant les dix prochaines minutes par précaution post-injection. À la recherche d’un coin calme et vide du magasin, j’ai fini dans la section des cartes de vœux. Il était étrangement approprié de considérer toutes ces salutations et sentiments compte tenu de la gamme d’émotions qui me traversait. Félicitations. Oui, hourra. Mes condoléances. Au contraire. Joyeux anniversaire. Non, pas tout de suite. Avec gratitude. Bien sûr.

Par-dessus tout, je me sentais bien. Autant je veux le vaccin pour tout le monde, je me suis rendu compte à ce moment-là que je le voulais vraiment pour moi aussi. Naturellement, j’étais soulagé mais j’aimais aussi faire quelque chose d’actif. Quelque chose de tangible et de réactif. Je n’étais pas seulement en train de lever un bouclier ou de jouer la défense. J’étais enfin en train de repousser, de faire un ‘’swing’’. C’était vraiment satisfaisant. J’ai appelé ma conjointe. J’ai envoyé des textos aux enfants. Qu’est-ce que tu ressens, ont-ils demandé? J’ai répondu qu’il s’agissait d’une euphorie de faible intensité.

Quant au rêve fiévreux, il est venu plus tard. Du moins, la partie de la fièvre. J’ai commencé à me sentir un peu mal environ quatre heures après l’injection. C’est l’expérience de certains d’entre nous, mais pas de tous. C’était désagréable d’avoir un léger mal de tête et de la fièvre pendant environ 24h, mais il était bon de savoir que le système immunitaire de mon corps suivait les instructions. Je n’ai pas bien dormi. C’était à nouveau comme avril 2020. Des nuits agitées et des rêves étranges. J’aurais aimé pouvoir dire que je rêvais de porter la veste verte au Masters. Cela ferait une meilleure histoire.

Tout ce qui concerne cette pandémie est troublant. Les dangers et les mesures de protection. Les problèmes et les solutions. J’ai réfléchi à deux fois avant de recevoir l’injection d’Astra Zeneca. Je pensais que je ne le ferais pas, mais je l’ai fait. La suggestion qu’un trouble rare de la coagulation du sang pourrait être déclenché par le vaccin a attiré mon attention comme tout le monde. Cela m’a rendu un peu mal à l’aise. Le vaccin Johnson & Johnson, également fondé sur un système d’administration d’adénovirus, connaît également des problèmes semblables. Le nombre de cas est extrêmement faible – 1 cas pour 250 000 personnes vaccinées avec de l’AZ. Bien qu’une relation causale réelle entre le trouble du caillot et le vaccin AZ ou J&J n’ait pas encore été cliniquement corroborée, il semble probable qu’il y ait un lien. Santé Canada l’a reconnu aujourd’hui, mais continue d’appuyer le vaccin AZ étant donné la rareté de l’effet secondaire par rapport à la menace de maladie grave causée par la COVID-19.

Nous avons tous besoin de certitude. J’aime une chose sûre autant que n’importe qui. Nous voulons tous sentir que la prise de risque est exclusivement une question de choix personnel. Il est réconfortant de percevoir que nous pouvons exercer un certain contrôle sur l’inconnu. Mais nous ne sommes pas au-dessus de la nature. Nous en faisons partie. Et la certitude que nous désirons est rare. Nous nous armons donc d’informations, utilisons notre jugement pour mesurer les risques et essayons de prendre des décisions sensées.

J’aurais pu attendre d’avoir accès à un autre vaccin. L’effet secondaire potentiel de la coagulation ne se produit pas avec des dizaines de millions de personnes qui ont reçu les vaccins à base d’ARNm produits par Moderna et Pfizer / BioNTech. Cependant, je ne savais pas combien de temps j’attendrais. Lorsque j’ai considéré les risques relatifs pour ma tranche d’âge et le danger croissant d’infection dans ma ville, je n’avais pas le sentiment d’avoir le luxe d’attendre. Au cours de la dernière année, 18 198 infections à la COVID-19 ont été documentées parmi les 394 894 personnes âgées de 50 à 59 ans à Toronto. 979 de ces personnes ont été hospitalisées pour une maladie grave et, malheureusement, 100 sont décédées. Cela équivaut à un ratio de 63 décès pour 250 000. Hier, il y a eu 150 nouveaux cas de la COVID-19 dans ma tranche d’âge à Toronto. Même avec un risque d’infection réduit en raison du mode de vie, du revenu et du lieu de travail, mon exposition aux dangers de la COVID-19 est gigantesque par rapport au minuscule risque d’effets secondaires de 1 sur 250 000 de mon vaccin. En ce qui concerne les risques quotidiens, je suis cinq fois plus susceptible de mourir dans un accident de la route à Toronto, en tant que piéton ou automobiliste, que de mourir des suites d’un vaccin.

Donc, ma deuxième réflexion n’a pas pris beaucoup de temps. J’ai conclu que l’inconvénient de mon injection n’est tout simplement pas important par rapport à l’avantage. Pour moi, le choix raisonnable était de faire ce pas en avant et d’être en sécurité maintenant. Ce que je sais, c’est que dans deux semaines, j’aurai une réponse immunitaire considérablement renforcée qui réduira mon risque de contracter la COVID-19 de 75 % par rapport au risque d’être non vacciné. Et ça élimine pratiquement mes chances d’être gravement malade si je suis infecté. Je ne sais pas si le fait d’être vacciné aujourd’hui ou à l’avenir aura des effets néfastes. Personne ne le sait. Pour moi, cela semble très improbable. Mais au moins j’ai de bien meilleures chances d’être en vie pour le découvrir.

L’un des aspects les plus constants de cette pandémie est son incohérence et son asymétrie. Nous vivons tous des événements similaires mais à des moments différents et à des intensités différentes. Certains souffrent énormément et d’autres à peine. Nous continuons à affronter la même tempête de la COVID-19, mais nous l’affrontons dans de nombreux bateaux différents. Une troisième vague atteint son apogée ici à Toronto et dans toutes les autres régions du Canada, à l’exception du Canada atlantique. Nous connaissons à nouveau un record de cas et des hospitalisations, en partie à cause de la flambée des formes variantes du virus SRAS-CoV2 dans nos communautés. Hier, le Canada comptait pour la première fois plus de nouveaux cas pour 100 000 habitants que les États-Unis, soit 22 pour 100 000 contre 21. Ce n’est pas le concours que quiconque veut mener. Au sein de B&M, nous avons 11 cas actifs de la COVID-19 en date d’hier. Nous avons connu une légère reprise au cours des dernières semaines et maintenons nos protocoles les plus stricts dans toute l’entreprise. Bien qu’il soit décourageant que le déploiement du vaccin au Canada ait été indéniablement inefficace jusqu’à présent, je vois les progrès remarquables du déploiement aux États-Unis et la réduction de la transmission du virus qui l’accompagne comme un grand optimisme. Grâce à la science des vaccins, cette pandémie est enfin un combat équitable.

Je pense que « Ahead by a Century » est une question d’aspiration. De vouloir être devant et de reconnaître que vous ne l’êtes pas. Un rêve de quelque chose de mieux. Et tout le doute de soi, l’incertitude, la déception et l’euphorie de bas niveau qui font partie du lot. La beauté de la chanson et des paroles de Gordie en général, est que son message est enveloppé de poésie, donc il y a quelque chose de distinct et de résonnant pour tout le monde.

Cette chanson est la dernière que le groupe a jouée en concert. La dernière note d’une longue carrière en tant que groupe maison du Canada. Il y aura toujours beaucoup de gens à l’intérieur et à l’extérieur de nos frontières qui ne connaissent pas The Tragically Hip. Bizarrement, c’est ce que l’on préfère. Bien que Neil Young ou The Weeknd soit monté sur la scène mondiale, The Hip est miraculeusement demeuré la propriété des Canadiens. Leur dernière émission a été diffusée en direct à la télévision publique en août 2016 à des millions d’entre nous. Gord n’a pas caché qu’il était gravement malade et que la dernière tournée serait un adieu chaleureux. C’était vraiment déchirant. Il mourut un an plus tard, à l’âge de 53 ans.

Je crois que le groupe a choisi « Ahead by a Century » comme signature parce que c’est plein d’espoir. Une reconnaissance des possibilités au-delà de l’incertitude d’aujourd’hui. C’est aussi un appel à l’action. Une inspiration pour avancer. À la fin de chacun des derniers spectacles, Gord se tenait au bord de la scène et nous a apparemment incités à faire exactement cela. Il a regardé dans le public, verrouillant ses yeux avec autant d’entre nous que possible alors qu’il contournait lentement son chemin autour du périmètre de la scène. Il a juste regardé, souri et a hoché la tête avec appréciation. «Merci de m’avoir poussé», avait-il dit lors de ce dernier concert. Maintenant, c’était comme s’il nous poussait. Je serai parti, mais tu vas y arriver, semblait-il dire.

Alors accrochez-vous tout le monde. Le moment est peut-être un peu décevant, mais nous devons simplement continuer à avancer. Passez à l’étape suivante et obtenez l’injection, peu importe le vaccin que vous pouvez obtenir. Faites-le pour vous-même. Vous serez étonné de voir à quel point cela fait du bien.

Bruce