Mise à jour no 25 de Bruce McDonald

Bonjour à tous,

Cela fait près de trois semaines depuis ma dernière mise à jour et les dures réalités de cette pandémie reviennent au premier plan. Chez B&M, nous avons connu quatre nouvelles infections pendant cette période, 3 à Kansas City et l’autre à Toronto.

Le nombre de cas actifs de la COVID-19 augmente de nouveau de façon constante au Canada, principalement dans quatre provinces: l’Ontario, le Québec, la Colombie-Britannique et l’Alberta. Dans chacune de ces provinces, le taux de reproduction du virus est à nouveau supérieur à 1. Cela signifie que chaque personne avec la COVID-19 infecte actuellement plus d’une autre personne en moyenne, signalant le retour de la croissance exponentielle et de «vagues» au cours de l’automne. Aux États-Unis, la moyenne sur 7 jours des nouveaux cas augmente à nouveau après avoir diminué pendant près de deux mois par rapport au sommet de la mi-juillet.

Le virus n’a pas changé son comportement. Il est là à faire ce qu’il a à faire. Ce qui a changé, c’est notre comportement. Dans certains endroits, nous avons juste fait preuve d’un peu plus de relâchement et avons été un peu moins prudents. C’est compréhensible. Nous ressentons tous l’impulsion de faire ce que nous faisons normalement et de profiter d’activités régulières. Les cas se multiplient parce que les gens, incités par les libertés de réouverture, choisissent d’interagir plus fréquemment, plus étroitement et pendant de plus longues périodes. Ici, en Ontario, les cas n’augmentent pas en raison de plus de tests. C’est un mythe courant. Nous testons clairement plus que nous ne le faisions au printemps dernier, mais le nombre de cas a augmenté de 200% au cours des 30 derniers jours tandis que les tests ont augmenté de 30%.

Alors quand il s’agit d’arrêter ce virus, c’est nous. Pas le virus. Pas eux. C’est nous.

Au fur et à mesure que nous progressons dans l’automne et dans l’inévitable amplification saisonnière de cette pandémie en octobre, novembre et décembre, nous devons redoubler d’efforts pour atteindre la perfection. Nous devons être plus prudents à tout moment et en tout lieu, d’autant plus que le temps nous pousse tous à l’intérieur.

En tant qu’entreprise, nous avons du travail à faire. À la fin de juillet et au début d’août, Ian et moi avons demandé à tout notre personnel salarié de répondre à une courte enquête sur la réponse à la pandémie. Malheureusement, en raison de l’absence de réunions régulières avec tout le personnel et de notre dépendance à l’égard des sondages version papier, nous n’avons pas contacté notre personnel sur le terrain cette fois-ci, mais nous avons l’intention de le faire dans un proche avenir.

 

C’est ce qu’on appelle un ‘’Pulse Survey’’ – comme pour vérifier un pouls, je suppose. Il est conçu pour obtenir une lecture rapide. Nous l’avons fait parce que nous voulions vous entendre en dehors de notre calendrier de sondage régulier. Nous avons reçu des réponses de 1 121 personnes et plus de 50 000 mots de commentaires. Je lis et examine attentivement chacun d’eux. C’est une enquête anonyme mais j’entends les voix dire les mots.

 

La plupart des commentaires sont constructifs et réfléchis. Certains sont désinvoltes.  Certains sont négatifs, sans surprise. Certains sont équilibrés – offrant du bien et du mal. Certains se concentrent sur une vue d’ensemble tandis que d’autres se concentrent sur l’expérience à travers un objectif plus petit et plus personnel. Certains sont détaillés. Certains sont égoïstes. Certains sont drôles tandis que d’autres sont tristes. Je suis doué pour tout entendre. Moins il y a de couches de vernis, mieux c’est à mon avis. Alors merci.

Nous sommes un groupe très large dans les nombreux endroits où nous travaillons. L’enquête reflète donc un large éventail d’expériences et de perspectives. Chaque bureau a vécu la pandémie à un rythme et à une intensité différents, ce qui se traduit dans une certaine mesure par des résultats. Néanmoins, je souhaite partager mes impressions générales.

Les employés de B&M sont plus que jamais connectés. Ils sont plus engagés et veulent commenter, participer et comprendre. Cela me plaît plus que tout autre résultat de sondage. La COVID-19 nécessite la plus grande attention de tous.

Jusqu’à présent, notre réponse à la pandémie a été presque universellement approuvée et notre attention portée à la santé de nos gens. Certains ont laissé entendre que nous aurions pu être mieux préparés. Je suis d’accord avec ça. Bon nombre de nos clients des services essentiels avaient des plans d’urgence en cas de pandémie, nous aurions dû en avoir un. Nous aurions dû disposer d’un stock plus important d’EPI, de désinfectants et de produits de nettoyage.

L’enquête a également reflété une grande fierté envers notre entreprise pour notre réponse et notre résilience dans une période très difficile et incertaine. Je suis d’accord. Nous avons fait beaucoup de choses correctement. Les bonnes choses. Nous ne possédions pas le meilleur plan lorsque cela a commencé, mais nous avions les personnes, les connaissances institutionnelles et les bases des processus d’intervention d’urgence et de sécurité pour agir de manière décisive, rapide et prudente. Nous sommes passés en grande partie au travail à distance sans interruption significative. Nous nous sommes efforcés de trouver le juste équilibre entre les besoins de nos clients, de nos employés et de nos communautés. Nous n’avons pas plu à tout le monde. Il y a eu des erreurs, des manquements et des interruptions mais, dans l’ensemble, notre meilleur a été jugé vraiment bon par presque tous. Nous avons reçu la même approbation de la part des clients, des concurrents, des amis et des étrangers.

Vous appréciez tous les informations. Vous voulez une communication, de préférence dans un flux régulier et constant. Pas seulement des faits mais une perspective et une émotion. Pas seulement où nous en sommes, mais où nous allons. Vous appréciez une évaluation honnête du bien et du mal. La validation que nous sommes sur la bonne voie et l’assurance que nous allons bien. Je suis reconnaissant pour tous les gentils commentaires et encouragements concernant ces mises à jour. Je suis heureux que ces messages aient été significatifs. Moi étant moi, les commentaires illustrent le travail médiocre que j’ai accompli en communication au cours des 28 années de ma carrière pré-pandémique chez B&M. J

Peut-être plus important encore, bon nombre d’entre vous ont souligné que nous devons continuer à faire ce que nous faisons. Avec la COVID-19 à nouveau à la hausse, c’est aussi critique qu’au printemps dernier. Je soupçonne que nous nous sommes quelque peu détendus au cours de l’été. Nous devons nous engager à nouveau à appliquer de manière approfondie et cohérente nos règles, contrôles et protections de la COVID-19. Ils n’ont pas beaucoup changé depuis nos débuts: lavage des mains, éloignement, isolement et masques. Nous devons également continuer à entretenir nos «barrières» en limitant la circulation des visiteurs et les déplacements entre les bureaux. Ces interventions visent à arrêter la propagation. Nous savons qu’elles le font. Et elles seront encore nécessaires pendant longtemps. Les enfants sont de retour à l’école et l’interaction humaine a augmenté. Le risque d’infection est à nouveau à la hausse et nous devons continuer d’appliquer ce que nous savons pour rester en sécurité.

Nous en apprenons davantage sur la transmission du virus. Ce faisant, nous revisitons et validons nos protocoles avec l’aide de nos conseillers médicaux. Bien que l’hygiène des mains reste essentielle, nous savons maintenant que le virus est beaucoup plus susceptible de se propager dans l’air via des gouttelettes et des aérosols infectés (micro-gouttelettes) que de toucher des surfaces infectées par ces gouttelettes. Cela souligne l’importance des masques et de la distanciation. Nous savons que la plupart des contaminations se produisent soit au sein de la famille, soit lors d’événements «super-diffuseurs» caractérisés par un contact continu et étroit dans des espaces confinés. Cela guide notre réflexion sur nos lieux de travail qui pourraient devenir un tel événement si nous n’isolons pas les gens malades, si nous ne pratiquons pas la distanciation, ne portons pas le masque, ne limitons pas la taille et la durée des réunions et n’utilisons pas les outils de réunions virtuelles.  Nous devons nous rassembler dans des espaces plus grands ou à l’extérieur lorsque cela est possible.

Quelqu’un m’a demandé récemment ce que je pensais du moment où un vaccin serait disponible. Cela m’a rappelé cette vieille publicité qui commençait comme suit «Je ne suis pas médecin, mais j’en joue un à la télévision». Je ne suis pas en mesure de prédire l’avenir en ce qui concerne cette pandémie mais j’essaie de garder les yeux et les oreilles ouverts en suivant un certain nombre d’experts énumérés dans cet article, dont Bob Wachter, Natalie Dean, Caitlin Rivers, Scott Gotlieb, Andy Slavitt, Craig Spencer et Eric Topol:

https://elemental.medium.com/50-experts-to-trust-in-a-pandemic-fe58932950e7

Ces médecins et scientifiques sont tous d’excellents communicateurs en plus de leur expérience technique évidente. À cette liste, j’ajouterais le Dr David Fisman et le Dr Isaac Bogoch qui sont basés ici à Toronto et sont plus axés sur la scène canadienne.

Donc, plutôt que de prédire, j’essaierai de concrétiser les choses que j’ai apprises à ce jour en quelques hypothèses qui peuvent être faites en toute sécurité. Premièrement, le développement de vaccins se déroule à un rythme effréné dans le monde, mais il faudra beaucoup de temps – des mois et non des semaines – pour les essais cliniques, pour l’autorisation / l’approbation, pour la production de masse et finalement pour l’approvisionnement d’un vaccin à une proportion significative de la population. L’ampleur de ce défi est tout simplement énorme. Par conséquent, nous pouvons nous attendre à ce que de vastes mesures de santé publiques et privées pour limiter la propagation de la COVID-19 soient avec nous jusqu’à la fin de 2021 ou même au-delà. Deuxièmement, cette pandémie s’aggravera probablement avant de s’améliorer. Il y aura plus de pics dans les cas, comme ici en Ontario en ce moment, avant la fin. Lors de la pandémie de grippe espagnole qui a débuté en 1918, il y a eu quatre vagues importantes d’infections sur deux ans. Troisièmement, la technologie et la science amélioreront la vitesse et la précision des tests et du traçage. Cela rendra beaucoup plus facile et plus sûr de vivre et de fonctionner dans un monde pandémique en attendant un vaccin. Quatrièmement, cela aussi passera. Cela peut prendre un certain temps. La route restera rocailleuse. Mais nous nous en sortirons et le virus finira par être vaincu.

Nous avons fait d’énormes progrès chez B&M et nous devons continuer à avancer. Veuillez continuer à nous faire part de vos commentaires. Il est si important de rester en contact et de maintenir la connexion pendant cette période difficile. Cette pandémie est loin d’être terminée. Veuillez continuer à faire des choix personnels raisonnables et sûrs dans votre vie quotidienne pour vous protéger et protéger ceux qui vous entourent.

Bruce