Mise à jour no 28 de Bruce McDonald

Bonjour à tous,

Il est prudent de dire que la COVID-19 nous donne actuellement des coups. De grands coups.

Le nombre de cas explose dans plusieurs de nos collectivités au Canada et aux États-Unis. C’est une démonstration sinistre de la croissance exponentielle des infections que tant d’experts ont averti était inévitable sans plus d’intervention et de prudence. Novembre et décembre seraient des mois difficiles, ont-ils dit. Ils l’ont dit il y a à peine un mois, lorsque les infections, les hospitalisations et les décès augmentaient de nouveau en parallèle. Nous sommes maintenant dans cette période redoutée, établissant des records pour les nouveaux cas sur une base quotidienne. Nous sommes passés de la poêle à frire au feu.

Au sein de B&M, nous avons 22 cas actifs de la COVID-19. Oui, vingt-deux. Toutes ces nouvelles infections ont eu lieu en novembre. Presque une par jour. Partout. Colombie-Britannique, Utah, Alberta, Manitoba, Kansas, Ontario, Missouri, Kentucky, Québec. Malheureusement, la transmission entre employés de B&M s’est produite deux fois au cours des trois dernières semaines. Malgré tous nos efforts et notre attention, nous avons tout de même connu 55 infections en 2020. Nous avons été très chanceux qu’aucun employé n’ait été ou ne soit gravement malade. Mais nous sommes en train de tenter le destin. La chose la plus prévisible à propos de ce virus est que certaines personnes deviennent vraiment malades. Nous avons été très chanceux.

Les restrictions gouvernementales se sont resserrées dans les collectivités partout au Canada. Nous sommes revenus hier à Toronto à un confinement de phase 1. Les règles sont légèrement différentes de la fermeture du printemps, mais de nombreuses entreprises, y compris les bars, les restaurants et les gyms, sont de nouveau fermés pendant un mois. Les services de B&M demeurent essentiels, alors notre travail se poursuit. Encore une fois, nous avons de la chance.

Juxtaposer l’avancée inquiétante du virus est une nouvelle remarquable sur le front des vaccins. Avec l’annonce d’hier du succès de l’essai de l’Université d’Oxford, nous semblons maintenant disposer de trois solutions vaccinales viables dont la disponibilité est imminente. Et il y en a d’autres en développement, donc la cause de l’optimisme est forte. Bien qu’un déploiement à grande échelle prenne des mois, ces vaccins seront essentiels pour protéger les personnes les plus vulnérables et les intervenants de première ligne, comme nos travailleurs de la santé, pendant l’afflux continu de cas.

Il ne fait aucun doute que les vaccins modifieront radicalement la trajectoire de cette pandémie en 2021. Comment exactement le calcul de notre lutte contre le virus va-t-il changer? Et quand? Il est plus difficile de répondre à ces questions. Pour l’instant, les vaccins restent une promesse. Jusqu’à ce qu’ils deviennent une réalité facilement accessible pour la grande majorité des gens, nous devons continuer à lutter contre ce coronavirus avec les moyens, les protocoles et les connaissances que nous possédons actuellement.

Les vaccins annoncent un avenir prometteur, mais le « présent » est très laid. Nous sommes dépassés par la COVID-19. Malheureusement, il semble que « moi d’abord » a pris la priorité sur « nous d’abord » dans nos efforts pour endiguer la pandémie. Pour chaque personne qui continue de faire de véritables sacrifices au nom des autres en 2020, il semble y en avoir une autre qui est à la dérive. Certains ont conclu qu’ils ne courent aucun risque personnellement, de sorte que quelques demi-mesures de l’attention qu’ils portent à la COVID-19 semblent être suffisantes pour eux.

Les chiffres racontent l’histoire. Il est clair que nous n’en faisons pas assez. En tant qu’individus, je veux dire. Il est facile de blâmer les gouvernements ou les autorités sanitaires, mais c’est vraiment à nous qu’il revient de le faire. Notre intérêt, notre engagement et notre action. Le virus n’a pas changé. Il n’est pas plus virulent. Il n’est pas plus contagieux. C’est le même. Les demi-mesures sont inefficaces et imprudentes face à la transmission asymptomatique et pré-symptomatique incontrôlable qui se produit dans nos collectivités. Nous pouvons et devons faire mieux.

J’aurais aimé avoir un message plus encourageant à transmettre aujourd’hui, à la veille du «Thanksgiving américain», comme nous l’appelons ici dans le pays du Nord. Bien entendu, je suis reconnaissant pour la vigilance constante des employés de B&M. Il ne fait aucun doute que nous faisons de gros efforts. Nous avons respecté nos engagements face à nos clients et avons connu des succès commerciaux remarquables au cours d’une période très complexe et difficile. Mais la froide vérité de cette crise de santé publique est que nous sommes loin de la fin. Le virus est partout et je suis à nouveau très inquiet. Soyez prudents et suivez nos protocoles bien établis pour rester en sécurité.

Joyeux Thanksgiving à tous mes collègues américains. Cette version 2020 sera sans aucun doute différente, mais l’esprit de cette tradition bien-aimée restera le même. Meilleurs vœux à tous.

Bruce