Mise à jour no 5 de Bruce McDonald

À tous,

Il faut se rendre à l’évidence que le principal défaut de ce week-end est que la semaine de travail de plusieurs s’y est poursuivie.  Je comprends et apprécie grandement le dur labeur continu de tous à assembler les pièces de ce puzzle d’une complexité vertigineuse.

Depuis ma dernière mise à jour, un troisième cas d’infection au COVID-19 a été confirmé au sein de notre division Field Services de Toronto. Cette personne était impliquée sur un projet de deux jours nécessitant trois travailleurs qui a été réalisé il y a plus de deux semaines en compagnie des deux autres personnes dont l’infection a été précédemment confirmée. Il se remet bien jusqu’à présent. Comme je l’ai déjà décrit, nous avons pris des mesures rapides sur le plan organisationnel et nous demeurons confiants d’avoir pu contrôler ce foyer d’infection.

Bon nombre de nos opérations régionales se contractent et nous poursuivons le triste et douloureux processus de réduction. Au cours des trois dernières semaines, près de 25% de la main d’œuvre à taux horaire de notre entreprise a été mise-à-pied. J’espère que ce ralentissement sera aussi court qu’il a été brutal et que nous pourrons bientôt commencer à inverser ces mesures drastiques temporaires. D’ici là, nous continuerons de nous adapter à tout ce que cette crise nous réserve.

Au cours de la semaine dernière, il y a eu beaucoup de discussions et de conjectures sur la définition de «services essentiels».  En raison de la sécurité au travail, de la réponse à la pandémie et de la santé communautaire, un important débat public a eu lieu sur ce que les entreprises et les industries doivent, peuvent et choisissent de poursuivre en terme d’activités.

De manière générale, je crois que les activités de Black & McDonald se retrouvent dans les trois catégories et voici pourquoi:

Nous devons travailler lorsque nous fournissons des services à une clientèle qui est essentielle au fonctionnement de notre société en ces temps de crise, tels que les soins de santé, les services municipaux, le transport en commun, la production et la distribution de services énergétiques et les télécommunications, pour n’en nommer que quelques-uns. Dans ces cas, non seulement avons-nous des obligations contractuelles, mais surtout un devoir civique de collaborer au maintien de ces services.

Nous pouvons travailler parce que nous avons préparé nos opérations et nos employés à exercer nos activités en toute sécurité. Nous avons une méthodologie et une culture de santé et de sécurité exemplaires qui nous ont permis de nous adapter rapidement aux nouveaux protocoles d’hygiène et de distanciation sociale. Nous avons les plans de continuité et les ressources financières pour anticiper et se prémunir contre les perturbations et nous avons interpelé chaque membre de la communauté B & M à agir afin d’arrêter la transmission du virus.

Nous choisissons de travailler parce que nous voulons servir nos clients et préserver la capacité de nos employés à gagner leur vie.  Nous voulons lutter contre le COVID-19 pour nous-mêmes, nos clients, notre entreprise et nos communautés en faisant ce que nous faisons de mieux.

Évidemment, nous sommes affectés par les restrictions gouvernementales, mais Ian et moi ne ferions pas le choix de poursuivre certaines de nos activités si ce n’était de notre confiance dans le niveau de préparation de notre organisation et la volonté de nos employés d’assurer le bien-être de toutes les parties prenantes, de livrer nos services en toute sécurité, de répondre aux besoins de nos clients et de remplir notre devoir de mettre fin à la propagation du virus.

Je sais que nous avons tous de multiples raisons de nous inquiéter autant à la maison qu’au travail, mais veuillez prendre le temps aujourd’hui de mettre le téléphone de côté et de vous accorder une courte pause.  Serrez dans vos bras une personne en isolation avec vous, elle en a probablement autant besoin que vous.

Bruce